Istiqlal: après le parti, c’est le journal porte-voix que Ould Rchid veut récupérer

1647
Crédit DR

Le 17 octobre le bureau syndical d’Arissala, société éditrice des porte-voix de l’Istiqlal, Al Alam et l’opinion sort un communiqué contre Abdellah Bekkali, directeur de publication du quotidien Al Alam. Un dernier round dans la bataille entre le courant Hamid Chabat et le notable du parti Hamdi Ould Rchid.

La guerre continue au parti de l’Istiqlal et cette fois-ci, elle choisit le journal Al Alam comme champ de bataille. Le 17 octobre, un communiqué signé au nom du bureau syndical d’Arissala, société éditrice des deux journaux porte-voix du parti, les quotidiens Al Alam et l’opinion, prend pour cible le directeur de publication d’Al Alam Abdellah Bekkali.

Ce dernier, ancien membre du comité exécutif du parti sous le secrétaire général Hamid Chabat, est accusé par ledit communiqué de mener « des actes de vengeance » contre les salariés du journal arabophone.

Le bureau syndical est affilié à l’UGMT, centrale sous les commandes de Enaam Mayara gendre et bras droit de Hamdi Ould Rchid puissant notable qui a soutenu Nizar Baraka dans sa course au secrétariat général du parti poussant vers la sortie Hamdi Chabat.

Abdellah Bekkali soutenait quant à lui, le secrétaire général sortant avant de retirer son soutien peu avant le congrès sans pour autant changer de camp. Le directeur de publication du quotidien istiqlalien n’avait finalement pas pu garder son siège au comité exécutif, dont la majorité écrasante des places ont été occupées par les proches de Hamdi Ould Rchid.

« Le communiqué rapporte des faits erronés »

La réaction ne tarde pas à venir, une quarantaine de journalistes et fonctionnaires au quotidien Al Alam signent le 19 octobre un communiqué dans lequel ils renient la sortie du bureau syndical dirigé par l’UGMT. « Nous refusons d’être utilisés dans des règlements de comptes personnels (…). Le communiqué rapporte des faits erronés et n’a aucun rapport avec la réalité, il ne nous concerne pas », peut-on lire sur la pétition signée par les salariés du porte-voix istiqlalien.

Une source sein du quotidien Al Alam reconnait qu’il y a eu « des moments tendus au journal », mais tient à préciser que « la personne ou les personnes qui ont sorti ce communiqué veulent en finir avec les derniers bastions de Chabat au parti », confie la même source ajoutant que l’ensemble de l’équipe a découvert, comme les médias, le communiqué sur les réseaux sociaux.