Insolite. Un dinosaure américain de 66 millions d’années retrouvé au Maroc

3589
Les experts émettent l'hypothèse d'une traversée de l'espèce à la nage sur plusieurs centaines de kilomètres pour atteindre le continent africain anciennement insulaire. DR

Des fossiles d’un dinosaure à bec de canard ont été découverts au Maroc, à Sidi Chenane, au sud de Khouribga. Une découverte qui suscite la curiosité des chercheurs puisque l’espèce datant de 66 millions d’années est propre à l’Amérique du Nord.

Comment cette espèce de dinosaure propre à l’Amérique du Nord a-t-elle pu se retrouver en Afrique, en particulier au Maroc? C’est la question que se pose l’équipe de chercheurs dirigée par l’Université de Bath et composée de chercheurs d’Espagne, des Etats-Unis, de France et du Maroc, rapporte le média CNN le 5 novembre dernier.

En effet, des fossiles d’un dinosaure à bec de canard herbivore (Ajnabia Odysseus) datant de 66 millions d’années ont été retrouvés dans les roches d’une mine au Maroc, plus exactement à Sidi Chenane, au sud de Khouribga, une précision mentionnée par le quotidien L’Opinion. Cette trouvaille extraordinaire conduit les experts à croire en la thèse d’une traversée de l’espèce à la nage sur plusieurs centaines de kilomètres pour atteindre le continent africain anciennement insulaire.

Les dinosaures à bec de canard ont évolué en Amérique du Nord, puis se sont répandus en Amérique du Sud, en Asie et en Europe, explique CNN. Nicholas Longrich, maître de conférences au Milner Center for Evolution de l’Université de Bath, qui a dirigé l’étude, a décrit la découverte du fossile comme «la dernière chose au monde à laquelle on s’attend».
« C’est comme trouver un kangourou en Ecosse. L’Afrique était complètement isolée par l’eau, alors comment sont-ils arrivés là-bas? », a-t-il déclaré dans un communiqué.
Bien que certains dinosaures à bec de canard puissent atteindre jusqu’à 15 mètres de long, les experts disent qu’Ajnabia était relativement minuscule, mesurant seulement trois mètres. L’étude des dents et des os de sa mâchoire a permis de déterminer qu’il appartient à la sous-famille des Lambeosaurinae, une catégorie ayant évolué en Amérique du Nord avant de se propager via un pont terrestre en Asie, de coloniser l’Europe, puis l’Afrique qui était entourée d’océans profonds.
« Il était impossible de marcher vers l’Afrique. Ces dinosaures ont évolué longtemps après que la dérive des continents les a divisés, et nous n’avons aucune preuve de ponts terrestres. La géologie nous dit que l’Afrique a été isolée par les océans. Si tel est le cas, le seul moyen d’y parvenir est via l’eau », abonde le directeur de l’étude.

Les experts estiment ainsi que les becs de canard, avec leurs grosses queues et leurs pattes puissantes, ont dû traverser des centaines de kilomètres de pleine mer pour atteindre le continent, en rafting sur les débris, en flottant ou en nageant, poursuit le média américain. Les chercheurs estiment que c’est la première fois qu’une traversée océanique est suggérée pour des dinosaures (phénomène déjà connu pour certains mammifères comme les singes et rongeurs).
Les résultats ont été publiés dans la revue Cretaceous Research.