Incinération d'un MRE: le Tribunal de Bordeaux rend un premier jugement, El Khalfi réagit

3056
Credits: DR

Du nouveau dans l’affaire du Marocain, Hassan E, décédé en France. Le tribunal a statué, hier mercredi 1er août, en faveur de sa femme et a autorisé son incinération. Une décision qui a suscité la déception et la tristesse de la famille marocaine du défunt qui a fait appel.
Hafid E, le frère de Hassan, nous a confié que le Tribunal s’est basé sur les seules déclarations de la femme du défunt lors du premier jugement. Cette dernière aurait précisé que l’incinération relevait de la volonté de son mari.
« Il n’a pas écrit de testament. Et je doute fort que ce soit sa volonté parce que mon frère célébrait toutes les fêtes religieuses avec nous », argue-t-il.
Lire aussi: Bordeaux: elle veut incinérer son mari marocain mais la famille du défunt s’y oppose
Hafid E. nous a également déclaré que les enfants du défunt ont également témoigné en faveur de leur mère. La famille marocaine du défunt est toutefois convaincue que les enfants ne « sont qu’influencés par les propos de leur maman ». La cour d’appel devrait par ailleurs rendre son verdict ce soir.
Pour rappel, Hassan E., un Marocain résidant en France, est décédé d’une morsure mortelle d’un insecte mardi dernier, cinq jours après son hospitalisation. Sa femme française a alors voulu l’incinérer, précisant qu’elle respectait ainsi la volonté de son défunt mari.
Une décision à laquelle se sont formellement opposés les proches de Hassan qui ont fait appel à la justice, afin qu’il soit inhumé selon les traditions musulmanes.
La réaction d’ El Khalfi
Répondant à une question lors du point de presse tenu à l’issue du Conseil du gouvernement ce jeudi, le porte parole du gouvernement Mustapha El Khalfi a déclaré que le gouvernement « n’acceptera pas qu’un Marocain résidant à l’étranger soit incinéré ».  El Khalfi a également déclaré qu’il « espérait que le verdict du Tribunal de première instance soit revu, parce qu’il porte atteinte à la dignité du défunt et aux sentiments de sa famille« .