Impôts: qui paye le plus au Maroc?

Près de 80% des recettes de l’IS (impôt sur les sociétés) sont assurées par 0,98% des entreprises (2018), soit une forte concentration de l’impôt sur une petite partie des contribuables.

Une situation qualifiée « à haut risque » par L’Economiste qui livre ce jour une analyse dévoilant les acteurs sur qui pèse « vraiment » l’impôt au Maroc. Ainsi, les activités financières couvrent 28% des recettes de l’IS alors qu’elles représentent seulement 3% des contribuables à cet impôt.

Le secteur du commerce et réparation accumule 30% des effectifs soumis à l’IS pour une contribution à la recette de 20%. L’industrie manufacturière (7% de l’effectif contribuable) comble 16% de la recette, pendant que le secteur de la construction en assure 9% bien que représentant 23% des contribuables à l’IS.

 

Lire aussi : Document. La DGI publie le Code Général des Impôts au titre de 2019

 

Des questionnements fusent autour des causes de cette concentration de la charge fiscale. Mohamed Hdid, président de la commission Fiscalité et Régime de change à la CGEM, se demande, à l’occasion des matinales sur les assises fiscales du 29 mars dernier, si cela « provient de la fraude, de l’informel ou de la concentration de la richesse auprès de 1% des entreprises ». « Auquel cas c’est normal qu’elles payent l’essentiel de l’IS », poursuit-t-il, relayé par L’Économiste.

Côté IR, les salariés du privé et du public en absorbent 73%, parmi lesquels 40% se concentrent au niveau du privé. Sur les 42 milliards de dirhams de recettes d’IR atteints l’an dernier, les fonctionnaires y ont contribué à 10,2 milliards de dirhams, soit près de la moitié de la part des salariés du privé, élevée à 20,5 milliards de dirhams.

 

Lire aussi : Impôts: après les médecins, la chasse aux fraudeurs s’étend à d'autres secteurs

 

94% des recettes de l’IR du secteur privé sont assurées par par 10% des salariés, soit ceux qui gagnent plus de 6.000 dirhams par mois. Les salaires à plus de 15.000 dirhams par mois (plus de 180.000 dirhams par an) contribuent à hauteur de 74% des recettes de l’IR du secteur privé.

Enfin, 70% des recettes de la TVA reversées au Trésor sont assurées par moins d’1% d’entreprises. Un autre taux très concentré alors que la TVA est la première source de recette du budget général et l’impôt qui bénéficie le plus de mesures dérogatoires.