Immigration: l’ambassade du Canada prévoit deux sessions d’information

494

L’ambassade du Canada au Maroc et en Mauritanie a annoncé mercredi dernier sur sa page Facebook l’organisation de deux sessions d’informations sur les modalités d’immigration au pays nord-américain, précisément sur le système de sélection des immigrants économiques nommé « Entrée Express ». 

Pour bien préparer sa demande de visa, l’ambassade du Canada au Maroc présentera donc une session d’information en français le jeudi 21 février 2019 à 18h à Rabat et une seconde à Casablanca, le 13 mars 2019. Le nombre de places étant limité à 180, il est nécessaire de s’inscrire en ligne avant le 18 février.

Lire aussi : Immigration au Canada: des dizaines de Marocains arnaqués

« Entrée Express » est depuis 2014, « le processus de demande destiné aux immigrants qualifiés qui souhaitent s’établir de façon permanente au Canada et participer à l’économie du pays », lit-on sur le site officiel du gouvernement du Canada.

Les critères de sélection sont basés notamment sur l’âge, les études, l’expérience professionnelle, l’obtention d’une offre d’emploi valide, les compétences linguistiques en français ou en anglais et la faculté d’adaptation.

Pour rappel, le gouvernement canadien a récemment revu à la hausse ses objectifs en matière d’immigration. Dans un rapport datant du mois dernier, l’exécutif fédéral prévoit l’accueil de plus d’un million d’étrangers d’ici 2021, soit près de 1% de la population totale, dans le but de renforcer la main-d’oeuvre qualifiée.

Lire aussi : Le Canada prévoit d'accueillir plus d'un million d'immigrants d'ici 2021

Par ailleurs, selon Radio Canada, un bureau dédié aux immigrants francophones sélectionnés devrait s’ouvrir au printemps prochain à Rabat dans le but de faciliter l’installation des futurs immigrants. La radio rappelle que des services pré-départ sont déjà à disposition mais que « ce sera la première fois que les candidats francophones à l’immigration pourront les recevoir en personne ».

Ce nouveau service vise particulièrement les immigrants « qui voudraient s’établir dans une province où le français est en situation minoritaire ». Ainsi, ce bureau sera mis en place en partenariat avec la province majoritairement anglophone du Manitoba, dans l’ouest du pays, et qui présente des difficultés à atteindre les quotas d’immigrés francophones.