Ilyass El Omari : «Défendre la marocanité du Sahara, c'est défendre la paix dans le monde»

2006
Ilyas El Omari. Crédit: DR.

Il fait partie des signataires de la « Déclaration de Laâyoune », actée ce lundi par les principaux partis politiques du Maroc, Ilyas El Omari, secrétaire générale du PAM, a bien voulu nous expliquer les enjeux de cet appel. 

Comment se sont organisés les partis politiques pour rédiger et se mettre d’accord sur la Déclaration de Laâyoune ?

Nous avons créé un comité, qui comptait tous les partis politiques signataires de l’appel et représentés au parlement. Ce comité a travaillé pour l’élaboration d’un projet d’appel, qui a été envoyé aux leaders des partis. Ces derniers l’ont amendé et y ont introduit les modifications qui leur semblaient nécessaires et nous avons rédigé la version de l’appel et nous l’avons signé aujourd’hui, 9 avril.

Certains critiquent l’attentisme des partis politiques quand il s’agit de la question du Sahara, affirmant que les partis n’en parlent que quand la situation est critique?

Le problème du Sahara ne date pas d’hier mais des années 70 du siècle dernier. Des gens ont été emprisonnés à cause de leurs positions sur le sujet, du côté comme de l’autre. Certains ont perdu la vie pour leurs idéaux donc on ne peut pas dire que la classe politique et le peuple marocain sont restés muets sur la question malgré les divergences que nous pouvons avoir au niveau politique, d’appréciation et de positionnement sur la première cause du peuple marocain. Ces dernières années, tout le monde a remarqué qu’on se rapproche, petit à petit, vers une gestion commune de ce sujet et sa majesté l’a répété à maintes reprises en disant que ce dossier est une affaire de tout le peuple marocain car c’est un dossier d’une importance crucial pour toute la nation.

Dans “la Déclaration de Laâyoune” que vous avez signé, chaque parti politique s’engage à exploiter ses relations avec ses homologues afin de créer des groupes d’influence. Nos partis ont-ils les contacts et les relations nécessaires pour pouvoir le faire ?

L’engagement dans cette dynamique n’est pas que justifiée par la défense de notre intégrité territoriale, mais elle est aussi devenue nécessaire vue la situation sécuritaire fragile qui prévaut dans la région. Notre pays fait face au terrorisme, à la traite humaine, au crime organisé et au trafic international des drogues dans la région du Sahel. Toute personne ou organisation qui s’attaque à la stabilité et au statuquo au Sahara s’attaque non seulement à la stabilité de la région mais aussi à la paix mondiale. Nous devons en tant que parti politique faire tout ce qui est susceptible de défendre nos points de vue et la vision que nous portons pour la région.