Îles Zaffarines: l’Espagne expulse un groupe de migrants vers le Maroc

563
.DR

Parmi les migrants arrivés sur l’île, des femmes et des enfants expulsés «à chaud», une action condamnée par les ONG locales.

Arrivés aux îles Zaffarines dans l’après-midi du vendredi 3 janvier, une quarantaine de migrants ont été «expulsés à chaud», quelques heures plus tard, des îles sous souveraineté espagnole. Le groupe de migrants qui comprenait 26 femmes et deux enfants de 3 et 4 ans ont été conduit vers le Maroc, rapporte la station de radiodiffusion espagnole SER.

Selon l’ONG Walking Borders, ces personnes, pour la plupart du Bangladesh, de Guinée-Conacry, de la Côte d’Ivoire et d’Ethiopie, étaient dans de très mauvaises conditions physiques, et certains ont même dû être «transportés en ambulance dans un hôpital marocain en raison de leur mauvais état de santé».

La délégation du gouvernement de Melilla a précisé pour sa part que le «Maroc a procédé au sauvetage d’une quarantaine de personnes transférées à la zone de sécurité la plus proche (au Maroc), appliquant le droit maritime international , remplissant les obligations de l’Espagne et du Maroc».

Toutefois, pour la porte-parole de l’ONG, Helena Maleno, «ces expulsions à chaud, qui voilent le droit international, notamment le droit à l’asile ainsi que les conventions de l’ONU relative aux droits de l’Homme».

L’ONG qui condamne ces agissements à demander «au gouvernement espagnol d’assumer ses responsabilités et aussi restaurer les droits de ces personnes, qui ont été terriblement violées aujourd’hui». Rappelant également que la Cour européenne des droits de l’homme avait condamné l’Espagne, à plusieurs reprises, quant à ces pratiques d’expulsion de migrants sans appliquer les lois correspondantes.