Hirak: la Cour d’appel de Casablanca va accélérer le procès des détenus

478
Crédit DR

La Cour d’appel de Casablanca a décidé de programmer dès le mardi prochain deux audiences par semaine, le but étant d’accélérer le procès des activistes rifains.

La Chambre criminelle de la Cour d’appel de Casablanca a renvoyé le procès des détenus du Hirak au 19 décembre prochain. Le juge Ali Tarchi a également décidé de programmer, à partir de la même date, deux audiences par semaine. Cette mesure vise à « accélérer le jugement des détenus », confie à H24Info un membre du comité de défense.

« Nous avons demandé, avant la levée de l’audience, d’ajourner l’examen à cause de la fatigue des détenus et des avocats, et de laisser les requêtes et les vices de forme lors de la prochaine d’audience. (…) Je pense que le juge a compris la situation actuelle », détaille la même source.

L’étape des requêtes et des vices de forme traîne depuis quatre audiences, et seuls les avocats Abderrahim Jamai et Mohamed Aghnaj seront autorisés à intervenir dans ce cadre, le 19 décembre prochain.

La décision du juge vient en réponse à l’intervention de Hamid El Mahdaoui, souligne notre source.  En effet, le directeur de publication du site Badil.info, poursuivi dans la même affaire, a critiqué le retard du jugement.

Les détenus du Hirak à Casablanca, dont Nasser Zefzafi, sont poursuivis pour « atteinte à la sécurité intérieure de l’État », « tentatives de sabotage, de meurtre et de pillage », « réception de fonds, de donations et d’autres moyens matériels destinés à mener et à financer une activité de propagande à même d’attenter à l’unité et la souveraineté du royaume ».

Ils sont également accusés d’avoir « ébranlé la loyauté des citoyens envers l’État marocain et les institutions nationales », ainsi que de « participation à l’organisation d’une manifestation non autorisée » et « tenue de rassemblements publics sans autorisation ».