Hirak: après 12 jours, Nasser Zefzafi suspend sa grève de la faim

3096
Nasser Zefzafi. Crédit: DR.

Le leader du Hirak du Rif a suspendu sa grève de la faim, avec un groupe de détenus. Cette décision intervient suite à un accord conclu entre Nasser Zefzafi et l’administration de la prison d’Oukacha.
Nasser Zefazfi observait depuis 12 jours une grève de la faim, selon ses avocats. Le leader du Hirak a décidé dimanche d’y mettre un terme après avoir scellé un accord avec l’administration de la prison d’Oukacha.
Le Conseil national des droits de l’homme (CNDH) a saisi la direction générale de l’Administration pénitentiaire et de la réinsertion (DGAPR) au sujet de la situation de Nasser Zefzafi. Cette lettre a poussé l’administration pénitentiaire à ouvrir des négociations avec Zefzafi, surtout après 12 jours de grève de la faim.
L’accord initial exige que Zefzafi soit autorisé à prendre part à la balade quotidienne avec le reste des détenus du Hirak. Par contre, il sera maintenu dans une cellule individuelle et les négociations se poursuivent pour trouver une formule pour les visites familiales.
Le président du CNDH, Idriss El Yazami, a joué un rôle majeur dans la recherche d’une formule pour répondre à la demande de Zefzafi, qui souhaitait ne plus rester isolé dans la prison d’Oukacha.
Le père de Zafzafi a déclaré dimanche que son fils avait décidé de suspendre sa grève de la faim et qu’il avait reçu la visite de fonctionnaires dans sa prison avec lesquels il était parvenu à trouver une solution pour répondre à ses demandes et augmenter sa grève.
L’administration de la prison locale Ain Sbaâ 1 (Oukacha) a démenti, dans un communiqué relayé par la MAP, les informations publiées par des médias selon lesquelles un détenu observe une grève de la faim. L’administration de l’établissement pénitentiaire a souligné que le détenu concerné n’observe aucune grève de la faim et prend régulièrement ses repas (ftour, dîner et shour), notant qu’il n’a adressé aucune notification à ce propos. La DGAPR affirme que «ledit détenu» en allusion à Zefzafi, est en bonne santé.
Les 16 détenus des événements d’Al Hoceima placés à la prison locale Ain Sbaâ ont déjà adressé des notifications de grève de la faim à différentes dates, à partir du 24 mai, mais ont mis fin à leur mouvement le 3 juin, ajoute le communiqué de la prison d’Oukacha.