Hausse du prix de l’oignon: les explications du ministère de l’Agriculture

1738
Credits: DR.

Avec l’arrivée du mois de Ramadan, le prix de l’oignon sur le marché a connu une hausse vertigineuse, faisant passer le prix du kilogramme à 14, voir 15 dirhams. Le ministère de l’Agriculture vient de publier un communiqué dans lequel il explique les raisons de cette envolée. 

Dans un communiqué de presse dont H24info a obtenu copie, le ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du développement Rural et des Eaux et Forêts a apporté quelques explications sur la situation de quelques produits ayant connu des variations dans leur prix, principalement l’oignon. Selon le département de Aziz Akhannouch, plusieurs facteurs combinés sont à l’origine de la tension sur les prix.

Concrètement, « la culture d’oignon d’hiver (oignon vert) est pratiquée essentiellement dans les zones pluviales (Bour) qui ont été impactées négativement par les faibles pluies notamment durant les mois de janvier et février », souligne le ministère, ajoutant qu’il s’agit d’une baisse de près de 33% de la production.

Lire aussi: Ramadan: flambée des prix des produits alimentaires

En plus des faibles pluies, le mois d’avril marque également la fin de la campagne de commercialisation et de stockage de l’oignon sec de la campagne écoulée et le démarrage de sa nouvelle récolte. « Etant donné que cette période coïncide cette année avec le début du mois de Ramadan 1440 où la demande des ménages augmente, le marché a connu une perturbation due au déséquilibre entre l’offre et la demande, ce qui a exercé une tension sur les prix qui affichent actuellement des niveaux de 5 à 6 DH/Kg pour l’oignon frais soit une hausse de 50% par rapport à 2018 », constate le ministère.

D’après le communiqué, « il est prévu que les prix retournent à la normale avec l’entrée progressive de la production de l’oignon de la saison en cours et le tassement de la demande des ménages avec l’avancement du mois de Ramadan ». Pour le prix de la tomate, le département se félicite « du bon approvisionnement du marché à la veille du mois sacré et du bon niveau de prix ».