Hajar Raissouni graciée par le Roi

Le roi Mohammed VI vient de gracier la journaliste Hajar Raissouni ainsi que son fiancé et à l’équipe médicale poursuivie dans cette affaire, a annoncé le ministère de la Justice.

 

Le communiqué du ministère de la justice précise :

«SM le Roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste, a accordé Sa grâce à Mlle Hajar Raissouni, condamnée à une peine de prison et qui fait toujours l’objet de poursuites judiciaires, indique un communiqué du Ministère de la justice.

Cette grâce Royale s’inscrit dans le cadre de la compassion et la clémence reconnues au Souverain et du souci de SM le Roi de préserver l’avenir des deux fiancés qui comptaient fonder une famille conformément aux préceptes religieux et à la loi, malgré l’erreur qu’ils auraient commise et qui a conduit à cette poursuite judiciaire, ajoute le communiqué.

Dans ce même contexte, SM le Roi a bien voulu accorder Sa grâce au fiancé de Hajar Raissouni et à l’équipe médicale poursuivie dans cette affaire.

Puisse Dieu garder Sa Majesté le Roi, source de clémence et de miséricorde, perpétuer Sa gloire et préserver Son Altesse Royale le Prince Héritier Moulay Al Hassan ainsi que tous les membres de la Famille Royale.»

 

Lire aussi: Affaire Raïssouni: «Ce procès intervient dans un contexte de déliquescence des libertés au Maroc»

 

Pour rappel, la journaliste d’Akhbar Al Yaoum avait été condamnée, lundi 30 septembre, à un an de prison ferme et une amende de 500 DH pour « avortement illégal » et « relations sexuelles hors mariage » et les mêmes peines ont été retenues contre son fiancé, Amine Rifaat.

Son médecin, le gynécologue-obstétricien Mohamed Jamal Benkziz (68 ans), a écopé d’une peine de 2 ans de prison assortie d’une interdiction de l’exercice de la médecine. Pour ce qui est de l’anesthésiste, Mohamed Baba El Madani, il a écopé d’un an de prison assorti d’un sursis tandis que la secrétaire, Meryem Azalmate, a écopé de huit mois avec sursis.

A noter que Hajar Raissouni, qui dénoncait un procès « politique », avait nié tout avortement, assurant avoir été traitée pour l’aspiration d’un caillot sanguin, ce que son gynécologue décoré par le Roi en 2015 avait confirmé devant le tribunal.