Guterres se rend à Marrakech pour le pacte mondial sur la migration

DR.

Le Secrétaire Général des Nations-Unies, Antonio Guterres, se rendra ce weekend au Maroc pour prendre part à la Conférence intergouvernementale de Marrakech (10 et 11 décembre) pour l’adoption officielle du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, a annoncé vendredi son porte-parole à New York.
A Marrakech, M. Guterres devra aussi prendre part, lundi, à une rencontre de haut niveau pour commémorer le 70è anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, au même titre que plusieurs anciens Hauts Commissaires des Nations-Unies pour les droits de l’Homme, a précisé son porte-parole, Stéphane Dujarric, lors d’un point de presse.
Lire aussi: Sahara: Guterres réclame des discussions "sans pré-conditions"
La conférence intergouvernementale de Marrakech, convoquée par l’ONU, sera marquée par la participation d’au moins 150 Etats membres, selon les Nations-Unies, qui s’attendent aussi à la présence d’au moins une vingtaine de Chefs d’Etat et de Gouvernement à ce rendez-vous mondial important.
Il s’agit d’une conférence « très importante » qui permettra d’enclencher « un débat global » sur la question de la migration. De ce fait « nous sommes très reconnaissants pour le soutien du Maroc qui abrite cette conférence », a souligné M. Dujarric.
Le texte du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières a été approuvé le 13 juillet dernier par les Etats membres sous l’égide de l’Assemblée générale des Nations-Unies, et a été salué par le chef de l’ONU comme « une réalisation importante ».
Lire aussi: Porte-parole de l'ONU: Guterres "a toujours été favorable à un dialogue renforcé entre le Maroc et l'Algérie"
Il s’agit d’un document complet visant à mieux gérer les migrations internationales, à relever leurs défis et à renforcer les droits des migrants tout en contribuant au développement durable.
Le texte du Pacte mondial est profondément ancré dans la Charte des Nations-Unies et la Déclaration universelle des droits de l’Homme.