Guterres présente ses condoléances au Maroc suite au décès du Casque bleu marocain

97

Le Secrétaire général de l’Onu, Antonio Guterres, a exprimé, dimanche, ses condoléances au Maroc suite au décès d’un Casque bleu marocain dans une nouvelle attaque contre la mission onusienne en République centrafricaine (MINUSCA). 

« Le Secrétaire général présente ses condoléances à la famille endeuillée et au Gouvernement du Royaume du Maroc », indique un communiqué du porte-parole de l’Onu, Stéphane Dujarric.

Des éléments présumés anti-Balaka ont mené une attaque contre des civils, ainsi que contre la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) les 12 et 13 mai, à Bangassou, dans le sud-est de la RCA, précise le communiqué.

Le Secrétaire général s’est dit “outragé” par ces attaques, et souligné que les attaques contre les casques bleus peuvent constituer “un crime de guerre”. Il a “condamné fermement” les attaques contre les populations civiles et la MINUSCA et lancé un appel aux autorités centrafricaines pour qu’une enquête soit lancée afin que les responsables répondent rapidement de leurs actes devant la justice.

Le Secrétaire général réaffirme la détermination des Nations Unies à avancer la mise en oeuvre du mandat de la MINUSCA, et tient à “remercier profondément les pays contributeurs de troupe et de police dans leur détermination à protéger les civils”, ajoute le communiqué.

Ces récents incidents démontrent que la situation en République centrafricaine “reste fragile d’où le besoin d’un appui continu et soutenu de la part de la région et de la communauté internationale pour surmonter les défis auxquels le pays fait face”, estime le porte-parole de l’Onu.

Cette nouvelle attaque, perpétrée contre un check-point des FAR au centre-ville de Bangassou, intervient moins d’une semaine après celle dont a été la cible une patrouille du contingent des FAR, le 08 mai 2017, sur l’axe Rafai-Bangassou à 220 Km au sud-est de la ville de Bria, lieu d’implantation du contingent des FAR, et qui a causé un mort et neuf blessés.

 

MAP