Guerguerate: poussés par le polisario, des contrebandiers bloquent le trafic des marchandises

A l’instigation du polisario, des contrebandiers ont installé des tentes sur le tronçon de la route situé dans la zone tampon menant du Maroc à la Mauritanie depuis le jeudi 17 octobre bloquant ainsi les flux de marchandises vers l’Afrique subsaharienne.

Le franchissement du « no man’s land » situé entre le poste frontalier marocain de Guerguerate (province d’Aousserd) et la frontière mauritanienne est devenu difficile à franchir pour les camions transportant des marchandises vers les pays ouest-africains.

Et pour cause, des contrebandiers ont complètement  immobilisé la circulation sur la partie de la route reliant le Maroc à la Mauritanie située dans la zone tampon près du poste frontalier de Guerguerate.

Ces relais du polisario ont, en effet, installé depuis jeudi dernier des tentes sur la route en guise de protestation contre le paiement des droits de douane qu’ils jugent excessifs, rapporte Al Ahdath Al Maghribia dans son édition du mercredi 23 octobre.

Lesdits contrebandiers ont dressé des barricades paralysant ainsi le commerce entre les deux pôles commerciaux de la région à savoir Inezgane et Nouadhibou.

Ces alliés du front séparatistes font office de «douane» et régulent la circulation comme bon leur semble. Ainsi, ils permettent le passage à qui ils veulent comme ils ordonnent de rebrousser le chemin.

 

La Minurso suit de près la situation

Cette situation inquiétante a causé de graves pertes pour les commerçants des deux bords, mais aussi pour les agriculteurs de la région du Souss qui exportent leurs productions vers le sud.

Tous ces agissements des «commerçants» qui observent un «sit-in» dans la zone tampon se passent devant l’œil bien veillant des forces onusiennes de la Minurso.

Citant les médias du polisario, Al Ahdath Al Maghribia, indique que les commerçants sahraouis  avaient publié un communiqué dans lequel ils dénoncent «l’échec d’une réunion qui devait avoir lieu avec les services de la douane à Dakhla». Selon la même source, ils fustigent le fait que «les autorités douanières marocaines n’auraient pas tenu leur promesse d’organiser cette réunion».

Rappelons que le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, avait à maintes reprises, notamment dans son dernier rapport au Conseil de sécurité, appelé les parties « à faire preuve de la plus grande retenue et à éviter l’escalade des tensions». Il avait souligné clairement dans un communiqué datant de janvier 2018 que «le trafic civil et commercial régulier ne devrait pas être entravé et aucune mesure ne devrait être prise, ce qui pourrait constituer un changement au statu quo de la bande tampon».