Grève des enseignants: « Amzazi aux abonnés absents depuis deux ans »

1612
DR.

Les grèves et manifestations des enseignants se poursuivent. Les élèves ont également rejoint le mouvement, sans qu’aucune réaction n’émane du ministère de tutelle, «aux abonnés absents depuis deux ans», dénonce auprès de H24Info, Abdelghani Erraki, secrétaire général du syndicat national de l’enseignement affilié à la Confédération démocratique du travail (CDT).

Les enseignants à travers tout le royaume sont en grève, ce mardi 23 mars, pour la deuxième journée consécutive. Une grève nationale programmée suite aux violences inouïes dont ont été victimes des enseignants contractuels, ayant manifesté la semaine dernière à Rabat.

«Notre grève n’était programmée que pour le 5 avril, mais après l’éclatement de violences durant la dernière manifestation à Rabat, nous ne pouvions rester silencieux et cautionner que nos enseignants soient harcelés, maltraités et abusés», explique Abdelghani Erraki, secrétaire général du syndicat national de l’enseignement affilié à la Confédération démocratique du travail (CDT).

En effet, des débordements ont été recensés lors de cette manifestation «qui restera gravée dans notre mémoire», confie notre interlocuteur. Sur les photos et vidéos partagées ce jour-là, une séquence a particulièrement horrifié et indigné l’opinion publique. Celle d’un homme habillé en civil et rouant de coups des enseignants.

 

Lire aussi: Répression d’une manifestation d’enseignants: le CNDH appelle à « élargir le cercle des investigations »

 

Après enquête, l’homme a été identifié et arrêté quelques heures plus tard. Mais, cet homme «n’a pas été le seul, d’autres, habillés en civil ont commis les mêmes atrocités sous le regard des autorités», fustige le syndicaliste.

Politique de l’autruche

Un tel scandale a fait réagir le ministre des droits de l’homme, Mustapha Ramid, jugeant ces violences d’«incompréhensibles, injustifiées, inacceptables et absurdes».

السلام عليكم
بشكل غير مفهوم ولا مبرر ولا مقبول ولا معقول، ظهر شخص بلباس مدني يمارس العنف غير المشروع ضد مواطنين في…

Posted by ‎المصطفى الرميد El Mostapha Ramid‎ on Thursday, March 18, 2021

Mais du côté des syndicalistes, «nous tenons pour responsable le ministère de tutelle, le gouvernement et l’État», poursuit Abdelghani Erraki. «Nous ne sommes ni fiers ni heureux de faire grève et manifester. Mais la coupe est pleine et la colère ne cesse de grandir», souligne notre interlocuteur, dénonçant «l’absence totale du ministre», Saaid Amzazi.

En effet, selon le syndicaliste «aucune réunion n’a été tenue par le ministère depuis deux ans, plus exactement depuis le mois d’avril 2019». Depuis, les dossiers s’empilent. «Nous sommes à plus de 23 dossiers déposés, sans qu’aucun n’ait été discuté», souligne Erraki, pour qui «le dialogue a définitivement été rompu».

Le dossier numéro 6, l’un des plus grands, d’après notre interlocuteur est celui des enseignants contractuels, qui représentent 34% de ceux exerçant actuellement, de ce fait, un enseignant sur trois exerce sous ce contrat, précise-t-il.

Cette catégorie exige, depuis plusieurs années déjà, d’intégrer la fonction publique, mais en vain.

 

Lire aussi: La marche nationale des enseignants contractuels dispersée à Casablanca

 

Par ailleurs, à cette grève nationale se sont joints des milliers d’élèves à travers le pays. «Ne nous attendions pas à un tel rassemblement autour de ces dates, mais aujourd’hui les principaux syndicats du pays ont rejoint le mouvement, et nous avons également été surpris de voir que les élèves se soient joints à nous, en manifestant à leur tour contre les violences perpétrées contre leurs professeurs», affirme Abdelghani Erraki.

بعد إضراب رجال التعليم..
التلاميذ يخرجون للاحتجاج في مجموعة من المدن تضامنا مع أساتدتهم.

#protect_teachers_in_morocco

Posted by ‎الرجولة‎ on Monday, March 22, 2021

بعد إضراب رجال التعليم.. التلاميذ يخرجون للاحتجاج نصرة لأساتذتهم
(صور لجريدة اليوم 24)

Posted by ‎مستجدات وأخبار التعليم بالمغرب‎ on Monday, March 22, 2021

Toutefois, «les manifestations menées par les enseignants sont légales et organisées, celles par les élèves ne le sont pas et nous sommes conscients qu’elles peuvent vite devenir incontrôlables», se désole notre interlocuteur, pour qui «la situation devient plus qu’urgente».