H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelles.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    La prime de départ des membres du gouvernement sortant suscite l’indignation des citoyens marocains sur les réseaux sociaux. Saad-Eddine El Othmani et ses ministres empocheront, au total, la coquette somme de 14 millions de dirhams en guise de cadeaux d’adieu. Une rétribution financée par le contribuable marocain, bien entendu. 

    Car outre la retraite mensuelle qui s’élève à 600.000 dhs pour l’ex-chef du gouvernement et 35.000 dhs pour le reste de son cabinet, l’Exécutif sortant recevra l’équivalent de 10 mensualités. Des traitements indûment perçus et surtout élevés, lancent, à juste titre, les internautes marocains sur les différentes plateformes de réseaux sociaux.

    En effet, les critiques sont durs à l’adresse des anciens chargés de portefeuilles ministériels dans le gouvernement marocain. De son côté, l’instance nationale de protection des biens publics (INPBPM) ne décolère pas. 

    L’organe associatif dénonce ce qu’elle appelle l’absence d’une réelle politique d’en finir avec les pratiques de dilapidation des biens publics. Joint par H24info, son président, Mohamed El Ghalloussi a fait part de son indignation, quant à cette pratique qui va à l’encontre du principe de protection de l’argent public. 

    « Les ministres pouvaient bien refuser de toucher cette prime, précisément par ces temps qui courent. Mais hormis Aziz Akhannouch et El Alamy, aucun ministre n’y a jamais renoncé », précise Ghalloussi dans une déclaration à H24. 

    Mais ce n’est pas la première fois que cette affaire des traitements des ministres sortants fait polémique. En 2019, le remaniement ministériel, qui s’est soldé par le départ de 21 ministres a coûté cher aux caisses de l’Etat : 5 millions de dirhams ! 

    De fait, l’indemnité de départ est égale à 10 fois le salaire forfaitaire (26.000 dhs pour les ministres et 20.000 pour les secrétaires d’Etat). Quant à la retraite, elle correspond à l’équivalent d’un 1,5 fois le salaire mensuel (39.000 pour les ministres et 30.000 pour les secrétaires d’Etat).  Et ce n’est pas tout. La liste des prérogatives pécuniaires de nos ministres et hélas bien longue ! Car, outre les rétributions mensuelles, les membres du cabinet marocain ont droit une à une panoplie d’avantages : Primes d’investiture (10.000 dhs par personne), indemnité de logement (15.000 dhs) et une autre dépense placée sous la rubrique frais (5.000 dhs). A cela s’ajoute bien entendu, les avantages en nature (personnel, chauffeur, etc). 

    En tout cas, l’instance marocaine ne compte pas laisser passer cette énième extravagante dépense budgétaire, qui consacre la rente politique selon ses dires, sans crier fort sa position à ce propos. Celle-ci organise un sit-in, le 25 septembre devant le siège du Parlement « pour une réelle prise de conscience quant à cette forme de rente politique ». 

    Share.

    Comments are closed.