Généralisation du port de masques: quand les Français et les Espagnols nous jalousent

DR.

Le port du masque de protection est désormais obligatoire dans les rues du Maroc. Un luxe que se permet le pays, étant donné qu’il en produit et que les prix sont non seulement fixés, mais aussi subventionnés. Des mesures qui font grincer les dents de nos voisins du nord, qui peinent encore à en trouver.

«Suivez l’exemple du Maroc», «le Maroc fait mieux que Macron» ou encore «le gouvernement de Pedro Sanchez devrait prendre des notes» sont quelques-uns des messages massivement partagés sur les réseaux sociaux, depuis que le Maroc a annoncé l’obligation du port du masque dans l’espace public.

«Le Maroc peut le faire, tandis que la France 5e puissance mondiale n’a pas de masques», écrit un autre internaute. En effet, plusieurs usines au Maroc se sont reconverties et produisent des centaines de milliers de masques par jour. Actuellement le pays dispose d’une capacité de production de 2,5 millions de masques par jour, un chiffre qui devrait augmenter durant les semaines à venir.

Il est à noter également que ces masques sont proposés à la vente dans les grandes surface mais aussi dans les épiceries de proximité. Ainsi se chargeront de la distribution quotidienne les sociétés Centrale Danonce, Copag et Dislog.

 

Lire aussi: Coronavirus: les masques de protection vendus dans les épiceries à partir d’aujourd’hui

 

Leur prix a été fixé dans un premier temps, le 2 avril, par un décret pour une durée de 6 mois, à 25 DH les boîtes à 10 unités (2,5 DH l’unité), et à 100 DH les boîtes à 50 unités (2 DH l’unité). Avec le soutien du Fonds spécial Covid-19, ces prix ont été revus à la baisse passant à 80 centimes l’unité.

Autant de bonnes raisons pour faire de nombreux jaloux alors que le monde entier est en pleine course pour se procurer des masques.

 

Lire aussi: Covid: aucune pitié dans la course mondiale aux masques

 

Chez nos voisins ibériques où le virus fait énormément de dégâts, on regrette le fait que «le Maroc ait réagi avant (nous), alors qu’il est moins affecté», écrit un internaute.

«Nous sommes pires que les tiers-mondistes», écrit un autre. «Le Maroc vient de rendre obligatoire l’utilisation de masques de protection (…) Il me semble qu’il sera plus rentable de descendre au Maroc pour les masques que pour le haschisch..», en rigole un autre.