Frontières maritimes: le Maroc repousse «sine die» l’adoption des deux projets de loi

DR.

Le parlement marocain a décidé de reporter l’adoption des deux projets de loi visant à établir la compétence juridique du Maroc sur l’ensemble de son espace maritime.

Les deux projets de loi  37.17 et 38.17, ne seront finalement plus votés par la Chambre des représentants, rapporte le quotidien Al Akhbar dans son édition du 23 décembre. Une annonce de dernière minute, alors que les représentants devaient se prononcer ce lundi.

Il est à noter que la Commission des affaires étrangères, de la défense nationale, des affaires islamiques et des Marocains résidant à l’étranger à la Chambre des représentants avait approuvé, lundi dernier, à l’unanimité les deux projets de loi instituant une zone économique exclusive de 200 miles marins au large des côtes marocaines, annonçait l’agence Maghreb Arabe Presse (MAP).

Une annonce qui avait, pour rappel, suscité la polémique chez notre voisin ibérique qui dénonçait la non-concertation dans un dossier qui touche sensiblement l’Espagne. Elle avait également donné lieu à de fortes critiques émanant du secrétaire des Relations internationales du parti au pouvoir. «Au PSOE, nous défendons, comme il ne peut en être autrement, la coopération entre les pays pour parvenir à des points d’accord mutuel dans le cadre du respect de la Convention des Nations Unies sur la mer, qui dispose de mécanismes qui peuvent être utilisés pour régler ces questions en cas de non-accord», a-t-il souligné.

Des avertissements déjà envisagés par l’exécutif marocain qui notait que «l’action législative souveraine, ne signifie pas la non-ouverture du Maroc sur une recherche de solution de tout conflit éventuel avec ses voisins, à savoir l’Espagne et la Mauritanie, à propos de la délimitation précise de son espace maritime, dans le cadre du dialogue constructif et du partenariat positif».