France: les Marocains parmi les cinq nationalités les plus concernées par les expulsions

7802
Les auteurs du rapport regrettent "un nombre limité de retours aidés organisés à destination des pays africains ou du Maghreb". Crédits: SIPA/Jobard

En 2018, 1.161 Marocains ont été expulsés de France, soit la 4e nationalité enregistrant dans ce pays le plus d’éloignements forcés.

C’est le résultat d’un rapport parlementaire de deux élus, Jean-Noël Barrot (MoDem) et Alexandre Holroyd (LREM), sur la politique d’expulsion du gouvernement français dont les conclusions sont partagées par Le Parisien. Au total, 330.000 étrangers étaient en situation irrégulière en France, en 2018.

 

Lire aussi : Migrants: des centres de rétention "utilisés à plein régime" en France en 2018

 

Parmi eux, 1.161 Marocains ont été expulsés, les hissant dans le top 5 juste derrière l’Algérie (1.521), la Roumanie (1.909), l’Albanie (2.112) et juste avant le Soudan (872). Des éloignements forcés que les parlementaires préféreraient évincer au profit des retours aidés six fois moins chers. En effet, le coût moyen d’un retour aidé est de 2.509 euros alors que celui d’un éloignement forcé s’élève à 13.794.

Avec la procédure du retour aidé, l’expulsé bénéficie d’un « pécule » de retour, allant de 300 à 650 euros par personne. Un quart d’entre eux bénéficient également d’une « aide à la réinsertion », de 2.000 à 7.500 €, sous la forme de projets de développement dans leur pays d’origine, mentionne le quotidien français.

 

Lire aussi : Melilla: découverte de trois migrants cachés dans des voitures

 

En 2018, le premier pays a bénéficié de l’aide au retour était l’Albanie (2.822), suivi de l’Afghanistan (1.075), la Moldavie (844), la Serbie (632) et la Macédoine (585). Les auteurs du rapport regrettent « un nombre limité de retours aidés organisés à destination des pays africains ou du Maghreb ».