France: l’épouse de Naâma Asfari met fin à sa grève de la faim

1707

La femme du détenu sahraoui Naâma Asfari, emprisonné au Maroc, a mis fin jeudi à la grève de la faim qu’elle avait débuté un mois plus tôt. Elle demande le droit de rendre visite à son mari, condamné à 30 ans de prison.
Claude Mangin, professeure d’histoire-géographie en région parisienne de 62 ans, avait entamé une grève de la faim le 18 avril pour demander le droit de rendre visite à son mari Naâma Asfari. Ce dernier a été condamné en 2013 à 30 ans de prison. Quelques jours plus tôt, et pour la quatrième fois depuis près de deux ans, elle avait été empêchée d’entrer sur le territoire marocain.
Après 30 jours de grève, Mme Mangin a annoncé lors d’une conférence de presse à Ivry avoir été assurée que des négociations étaient en cours entre les autorités françaises et marocaines, et décidé de suspendre sa grève jusqu’à ce qu’elles aboutissent. Mardi, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, interrogé sur son cas à l’Assemblée nationale, avait témoigné des «démarches répétées» du gouvernement et de sa «veille très particulière» à cette situation.
Naâma Asfari a été arrêté en 2010 à Laâyoune, un jour avant le démantèlement du camp contestataire de Gdim Izik. Ce démantèlement a dégénéré et onze membres des forces de l’ordre ont été tués, plusieurs dizaines d’autres blessés. La cour militaire de Rabat a condamné M. Asfari à 30 ans de prison pour association de malfaiteurs, outrages et violences à fonctionnaires publics et homicides volontaires.
Avec AFP