De hauts fonctionnaires impliqués dans une affaire de détournement de terrains privés à Casablanca et Mohammédia

Des fonctionnaires du ministère de l’Économie et des Finances ont été inculpés dans une affaire d’exploitation abusive de terrains privés à Casablanca et à Mohammedia. Les mis en causes ont bénéficié de terrains à des prix avantageux, largement en dessous des prix du marché.

Selon Akhbar Al Yaoum dans son édition du 31 juillet, deux fonctionnaires du ministère, à savoir le président et le trésorier de l’amicale dénommée «Al Fadle», fondée en 2008, ont été condamnés . L’amicale a ainsi pu bénéficier de deux terrains du domaine privé de l’Etat, à la date du 27 février 2014, ç Casablanca et Mohammédia.

Le terrain de Casablanca est situé dans la zone de Aïn Chock et s’étend sur une superficie de presque 9.000 m². Il a été cédé à un prix ne dépassant pas 500 dirhams/m², le prix du marché étant lui autour de 19.500 DH.

Le terrain de Mohammédia se situe lui dans le quartier de La Colline et s’étend sur une superficie de 44.054 m². Il a été cédé à un prix ne dépassant pas les 180 dirhams/m² alors que le prix habituel dans ce quartier varie entre 5500 et 9750 dirhams/m².

L’amicale avait planifié initialement la construction de foyer R+3 à Casablanca et de villas à Mohammédia. Les terrains ont d’ailleurs été vendus par la suite à des prix élevés par leurs propriétaires avec l’accord du président de l’amicale.

Plusieurs hauts fonctionnaires dans l’affaire

Par ailleurs, ces terrains ont été vendus à d’autres individus que ceux qui devaient en bénéficier en premier lieu. Une manipulation des dossiers a ainsi lésé plusieurs personnes qui avaient déjà investi leur argent dans les projets. Plusieurs ont été par ailleurs pressés par le président qui leur a fait croire que le nombre de villas a été revu à la baisse, passant de 144 à 128 unités, afin de les hâter à déposer leur argent sur le compte bancaire de l’amicale.

Après avoir réalisé la supercherie, ces derniers ont porté plainte, ce qui a permis de dévoiler la liste des bénéficiaires et de découvrir par l’occasion les noms de plusieurs hauts fonctionnaires de l’État exerçant à Casablanca.

Le président ainsi que le trésorier de l’amicale ont ainsi été condamnés à des peines de prison avec sursis de deux mois pour exploitation abusive, usurpation et détournement de terrains du domaine privé de l’Etat, en accord avec ce qui est stipulé dans l’article 523 du Code pénal.

Enfin, une enquête va être ouverte par le ministère de l’Économie et des Finances en collaboration avec la Wilaya de Casablanca, afin de relever les dysfonctionnements et manipulations de l’amicale en question.