Faute de saisonniers marocains, la France emploie des étudiants

2266
DR.

La fermeture des frontières marocaines a eu de nombreuses répercussions, notamment le blocage que connaissent les saisonniers se rendant chaque année à l’étranger. En France, les agriculteurs se tournent vers les étudiants pour pallier le manque de main-d’oeuvre.

Depuis mi-mars, le Maroc a décidé de la fermeture de ses frontières afin de contrecarrer la propagation du nouveau coronavirus (Covid-19). La fermeture a aussi bient affecté ceux qui n’ont pas pu rejoindre les champs français ou espagnols que ceux qui y sont resté bloqués plusieurs mois.

En France la situation a été telle que «certains agriculteurs ont dû abandonner une partie de leur production parce qu’ils n’avaient pas les moyens de la ramasser», explique  Christophe Canal, président de la chambre d’agriculture du Lot à La Dépêche.

 

Lire aussi: Dans une Espagne confinée, les saisonniers marocains doublement victimes

 

C’est le cas du producteur fraisicole Jérôme Rougié qui devait embaucher deux saisonniers marocains, qui sont restés finalement bloqués au Maroc. Le producteur s’est retourné finalement vers des étudiants, qui n’ont pas pu effectuer leurs stages à l’étranger.

Comme Rougié, de nombreux agriculteurs de la région Occitanie ont embauché des étudiants. Une alternative face aux craintes exposées dès le mois de mars par la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) qui avertissait du besoin de «200.000 personnes en emploi saisonnier pour assurer les récoltes».