Bras de fer RAM-AMPL. Amine Mkinsi: «Les négociations sont à l'arrêt»

2685

Depuis le 18 juillet, date du début du mouvement de grève des pilotes de la RAM, pas moins d’une centaine de vols ont été annulés, et on ne compte plus les perturbations du trafic aérien dans le hub de Casablanca.
Amine Mkinsi, président de l’Association Marocaine des Pilotes de Ligne (AMPL) revient avec H24 sur l’état d’avancement des négociations entre la RAM et le personnel naviguant. Selon lui, le point nodal est constitué par la revalorisation salariale pour les futurs pilotes.
 
H24info: Depuis le début de votre mouvement, avez-vous rencontré la direction de la RAM pour négocier une sortie de crise ?
Amine Mkinsi: Nous avons rencontré les responsables de la RAM à plusieurs reprises et les négociations allaient bon train. On s’est mis d’accord sur plusieurs points, pour ne pas dire tous les points. On peut dire qu’on a tranché sur la majeure partie des revendications. Mais des blocages demeurent concernant certains points. Officiellement les négociations sont au point mort depuis le mardi 31 juillet.
Justement quels sont les points de désaccord?
C’est au niveau de la revalorisation salariale que les choses s’enlisent. La direction de la RAM s’est montrée réceptive à notre requête relative à l’augmentation des salaires. Cependant, l’entreprise nous a proposé de maintenir les salaires actuels sans revalorisation pour les pilotes qui vont commencer à travailler dans deux ou quatre ans. De facto, on se retrouve avec deux grilles salariales et nous, en tant qu’AMPL, sommes contre cela par principe. On peut dire que c’est dogmatique, mais nous refusons que les pilotes de la même compagnie soient sujets à deux grilles de salaire, pour faire le même travail.
Allez-vous continuer votre mouvement jusqu’à ce que la RAM donne suite à vos revendications ?
Tout le monde parle de grève, mais ce n’est pas du tout le cas. Tous les pilotes honorent le nombre de vols fixés dans leur planning. Aucun pilote n’a refusé de faire décoller un avion alors qu’il est programmé sur son planning mensuel. Nous avons décidé de ne plus être flexibles et de ne plus faire des vols non-inscrits sur notre ordre du jour. La question qui se pose est la suivante: «Comment se fait-il que tous les pilotes font les vols inscrits sur leur planning et il y a des dizaines vols annulés ?». Le problème est au niveau de la planification et la programmation ou de l’affrètement des avions, non chez les pilotes. Nous allons maintenir l’état actuel des choses jusqu’à ce qu’un compromis soit trouvé avec la direction de la RAM.
Est-ce que votre action se répercutera-t-elle sur les vols d’El Hajj de cette année ?
Je peux vous assurer que les vols en partance vers l’Arabie Saoudite pour le pèlerinage de cette année seront maintenus et ne seront pas impactés par notre mouvement. La RAM a programmé 47 vols aller et 46 vols retour. Nous allons procéder de la manière suivante: pour les 47 vols en partance pour l’Arabie Saoudite, 42 sont des vols affrétés et seulement 5 vols RAM. Pour ce qui est des 46 vols retour, 36 sont affrétés et 10 vols RAM. Nous allons assurer cela avec un immense plaisir, comme nous l’avons fait depuis des années et il n’en est pas question qu’un vol de EL Hajj soit annulé. Tout ce qui se dit l’annulation des vols vers l’Arabie saoudite est savamment entretenu pour nuire à notre image.