Espagne: les mesures prises contre Brahim Ghali par l’Audience nationale

5931
Me Manuel Ollé, avocat du chef séparatiste, Brahim Ghali./DR

Le juge Santiago Pedraz a enjoint quelques mesures à l’encontre de Brahim Ghali, qui devra rester « joignable » et « localisable » à tout moment. 

Après sa déclaration devant l’audience nationale, plus haute juridiction espagnole, «Brahim Ghali devra pouvoir être localisé à un domicile et joignable sur un numéro de téléphone», a décidé le juge Santiago Pedraz, cité par El Pais.

Le juge avait précédemment refusé de le placer en détention provisoire, tel que demandé par l’association sahraouie des droits de l’Homme (ASADEH), qui l’accuse de «génocide, assassinats, torture et disparitions ».

Par ailleurs, Santiago Pedraz a refusé d’enquêter sur l’entrée du chef séparatiste sous une fausse identité sur le territoire espagnol.

Dans une brève sortie devant les médias espagnols, installés devant l’Audience nationale à Madrid, l’avocat du chef séparatiste, Me Manuel Ollé a annoncé qu’il demandera le rejet de toutes «les plaintes infondées» contre son client.

 

Plus tôt dans la journée, le ministre espagnol de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska a demandé de «respecter de la décision du juge qui enquête sur l’affaire Brahim Ghali, appelant à laisser la diplomatie travailler sereinement pour résoudre la crise ouverte avec le Maroc», rapporte Europa Press.

 

Lire aussi: Brahim Ghali nie toutes les accusations à son encontre devant le juge

 

À noter que deux comparutions devant le juge espagnol ont eu lieu ce mardi 1er juin, une à 10h00 et une autre 10h30 (heure espagnole).

Pour rappel, le chef séparatiste a accepté de comparaitre devant l’Audience nationale, plus haute juridiction en Espagne, ce 1er juin par visioconférence.

Cette possibilité de comparaitre par visioconférence lui a été accordée par le juge Santiago Pedraz. Par le biais des tribunaux de Logroño, le juge a ordonné d’informer Brahim Ghali des plaintes contre lui pour génocide et autres crimes, après avoir reçu la confirmation de la police qu’il s’agissait bien de lui, bien que son hospitalisation se fasse sous une fausse identité.