Espagne: deux passeurs marocains écroués pour la mort de 7 migrants

Crédit: DR.
La justice espagnole a placé en détention deux présumés passeurs de nationalité marocaine, considérés comme responsables d’une traversée pendant laquelle sept migrants africains sont morts près des Canaries, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.
Certains migrants sont morts noyés et d’autres de faim, d’épuisement ou d’hypothermie, a-t-on ajouté. Le canot pneumatique avait été découvert lundi près des côtes de l’île de Lanzarote.
« L’autorité judiciaire a confirmé que les sept défunts étaient tous majeurs et que deux étaient morts par noyade et cinq d’hypothermie, d’épuisement et de faim », selon un communiqué publié sur le site du Tribunal supérieur de justice des Canaries, archipel situé dans l’océan Atlantique au large du Maroc.
Les deux hommes envoyés en prison sur l’île de Lanzarote « seraient de nationalité marocaine », a indiqué à l’AFP un porte-parole du tribunal, sans pouvoir le confirmer car ils n’avaient pas de papiers d’identité sur eux.
L’un d’eux a seulement 19 ans, selon le résultat du test osseux réalisé pour déterminer son âge.
Il avait été identifié par des passagers du canot pneumatique comme un des deux « patrons » de l’embarcation, selon le communiqué.
Alertées par un habitants de Lanzarote, les forces de l’ordre avaient découvert lundi cinq cadavres à l’intérieur du Zodiac. Deux autres migrants étaient morts une fois à terre.
La justice a recueilli les témoignages de 20 migrants ayant survécu, avant leur placement dans un centre de rétention administrative.
Les deux hommes envoyés en détention provisoire par un juge d’instruction, mercredi et jeudi, sont poursuivis pour « sept délits d’homicides par imprudence grave ».
Les Canaries, à une centaine de kilomètres des côtes marocaines, avaient été au milieu des années 2000 l’une des principales routes de l’immigration clandestine vers l’Union européenne.
Les migrants africains empruntent aujourd’hui davantage la route de la Méditerranée pour gagner l’Espagne ou l’Italie à bord d’embarcations de fortune.
Depuis le début du mois de janvier, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a dénombré 1.916 arrivées en Europe par la mer et 194 morts ou disparitions pendant les traversées.