Enseignement public: vers la suppression du redoublement en primaire?

1823
DR.

Interdiction du redoublement en première et deuxième années du primaire et annulation du certificat des études primaires, voici la nouvelle recette du ministère de l’Education nationale pour sauver l’enseignement public.
Le ministère de l’Education nationale se dirige vers l’interdiction du redoublement en première et deuxième années du primaire tout en renforçant les mesures de soutien scolaire pour ces deux classes, rapporte le quotidien Al Massae dans son édition du 23 juillet.
Selon des statistiques, les plus hauts taux de redoublement dans le primaire sont enregistrés dans ces deux premières années, ainsi qu’en troisième année du collège et en deuxième année du baccalauréat.
Cette mesure figure parmi les recommandations du rapport d’évaluation de l’Education au Maroc réalisé par le ministère en partenariat avec l’Organisation de la coopération et du développement économique (OCDE). L’élaboration du rapport a nécessité trois ans (2016-2018), sous la supervision du Centre national de l’évaluation des examens et de l’orientation.
Le rapport recommande aussi de travailler davantage sur l’équité des examens du brevet et du baccalauréat en testant les sujets avant de les appliquer aux élèves (s’assurer que les sujets représentent le niveau de tous les élèves).
Par ailleurs, le rapport recommande de revoir les processus de certification des enseignants et d’annuler les promotions systématiques basées sur les années d’expérience. Ainsi, l’enseignant devrait être titulaire d’un certificat d’aptitude professionnelle (CAP) dans les 5 premières années de son entrée en service.
En ce qui concerne le système de réforme des établissements scolaires, le rapport insiste sur la nécessité de fournir des directives claires aux établissements scolaires pour pouvoir effectuer leur auto-évaluation. Dans ce sens, des outils d’audit normalisés au niveau national devraient être mis à la disposition de chaque établissement.