Enseignement Maroc: la crise covid creuse davantage l’inégalité des chances

318

Le communiqué accablant de la Fédération nationale des associations des parents d’élève au Maroc (FNAPEM) dénonce les multiples dysfonctionnements gangrénant le système éducatif marocain et s’inquiète particulièrement de l’absence de l’égalité des chances tantôt dans le public que dans le privé.

Le premier semestre écoulé, la Fédération nationale des associations des parents d’élève au Maroc (FNAPEM) fait le point et relève ainsi les multiples craintes des parents d’élèves, dans un communiqué du 31 janvier.

D’abord, la fédération pointe «l’absence de directives précises et uniformes correspondants à l’enseignement à distance», qui a ainsi eu «un impact négatif sur le processus d’achèvement des cours programmés à la fin du premier semestre».

Posted by ‎الفيدرالية الوطنية لجمعيات آباء وأمهات وآولياء التلامذة بالمغرب‎ on Sunday, January 31, 2021

Ceci en plus du «manque de clarté et de compatibilité entre les deux types d’enseignement», à savoir l’enseignement à distance et en présentiel, souligne le communiqué, relevant des problèmes au niveau du téléchargement et du suivi du contenu pour les élèves qui ont choisi l’enseignement en distanciel.

 

Lire aussi: Amzazi dément avoir publié un communiqué sur la suspension des cours

 

Tout cela dénote également de l’absence du principe d’égalité des chances «entre les élèves en raison de la multiplicité des formules d’enseignement disponibles dans l’école marocaine, tant dans le public que dans privée», dénonce la FNAPEM.

Par conséquent, la fédération exprime ses inquiétudes face à ces problèmes et dénonce «la régression de la qualité de formation de la génération actuelle d’élèves», appelant le ministère de tutelle à trouver des solutions urgentes et dissiper les craintes des parents d’élèves.