Enseignement à distance: le public fait mieux que le privé

Le ministère de l’Education nationale a dévoilé les chiffres concernant les programmes d’enseignants à distance mis en place durant le confinement. Selon ce dernier, le secteur public ferait mieux que le privé.

Moins d’un mois après le lancement du programme d’enseignement à distance dans le pays, le département de Said Amzazi a dévoilé quelques chiffres et qui nous sont rapportés par le quotidien Al Massae dans son édition du samedi 4 avril.

Trois volets sont déployés au niveau du public. Le premier est la mise en ligne du site TelmidTICE, où sont disponibles les cours en accès libres. Selon le ministre, le site reçoit près de 600 000 visites quotidiennes. Les établissements publics dispensent aussi pas moins de 400 000 classes virtuelles pour tous les niveaux, recouvrant ainsi 52% de la demande.

Un «succès» pour ce programme qui n’est encore déployé qu’à 75%, se félicite le ministre qui rappelle que des cours sont également diffusés sur la chaîne de télévision nationale Athaqafia. Quant à l’enseignement supérieur, le ministre a annoncé, que le taux de couverture s’établissait entre 80 et 100% de la demande, avec du contenu partagé par les professeurs sur des plateformes qui y sont dédiées.

 

Lire aussi: Coronavirus: comment s’organisent les cours au Maroc

 

Evoquant le secteur privé, Said Amzazi enregistre de maigres chiffres, avec quelque 30 000 classes virtuelles, avec un taux de couverture de la demande de seulement 15%.

Par ailleurs, certaines de ces écoles du secteur privé ont également imposé aux parents d’élèves de s’acquitter des frais relatifs au mois de mars. Les portes des écoles ont même été ouvertes pour ce faire. Une violation du confinement décrété dans le pays, conclut Al Massae.