Un enseignant suspendu pour avoir offert des fleurs à ses collègues?

4128
Crédit: DR

Le ministère de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur a décidé de suspendre un enseignant dans la ville de Midelt et de le priver de son salaire. Des fleurs offertes par ce cadre à ses collègues femmes serait derrière son licenciement. 

L’académie régionale du ministère de l’Education et de la formation de Daraa Tafilalt, relevant du département de Mohamed Hassad, avait décidé le 13 avril dernier de suspendre un enseignant au lycée Hassan II à Midelt. L’information vient d’être révélée par la mouvance d’ Al Adl Wal Ihssane, dont le professeur suspendu est membre.

Selon la Jamaâ, l’enseignant Abdelaziz Ahnini « a été suspendu après avoir distribué des fleurs à ses collègues femmes à l’occasion du 8 mars, journée mondial de la femme ». Le professeur a également été privé de son salaire mensuel, et n’a pu garder que les allocations familiales.

Dans sa réponse devant le conseil disciplinaire, l’enseignant affirme « avoir distribué les fleurs durant la période de récréation sous les applaudissements des autres professeurs et le directeur ». Abdelaziz Ahnini dénonce une « décision aux relents politiques » et justifie cela par la « présence des éléments de la DST et de la RG » le 18 mars dernier au sein de l’établissement scolaire. Ces derniers auraient tenu avec le surveillant général de l’établissement une réunion, pour discuter d’un « article dangereux » publié par l’enseignant sur internet. Contacté par H24info, un responsable du ministère de l’Education nationale dément les allégations de l’enseignant Adlawi, tout en admettant qu’il a bien été suspendu, affirmant toutefois « ne pas pouvoir donner plus de détails pour le moment ».