Enquête: pour une majorité de Marocains, les smartphones sont les ennemis jurés du sexe

Une enquête élaborée par les chercheurs du Centre de Santé sexuelle et l’«International Prostate Center» de l’Hôpital universitaire international Cheikh Khalifa de Casablanca a conclu que «l’addiction aux smartphones a des répercussions néfastes sur les performances et les capacités sexuelles des Marocains».

Il vous est arrivé d’interrompre un moment de tendresse avec votre partenaire pour répondre à un appel ou à un message? Rassurez-vous, vous êtes loin d’être les seuls dans ce cas. Selon une récente enquête, «60% des jeunes interviewés issus d’un échantillon de 600 personnes, ont affirmé que le portable a impacté leurs relations intimes avec leurs partenaires».

C’est ce qui ressort des premiers résultats d’une étude scientifique sur la relation entre l’usage excessif des smartphones et les différents moyens de communication électroniques et les performances sexuelles des couples marocains.

L’étude réalisée par les équipes médicales de l’Hôpital universitaire international Cheikh Khalifa, dont Assabah qui rapporte l’information dans son édition du mercredi 11 décembre, détient une copie, indique que 100% des sondés (hommes et femmes) détiennent des smartphones et 92% d’entre eux utilisent leur téléphone dans la chambre à coucher. Seuls 12% d’entre eux activent le mode avion à ce moment-là.

 

Lire aussi: Quand les parents américains vont trop loin pour dévoiler le sexe de leur futur bébé

 

L’étude révèle que 50% des interviewés (hommes et femmes) ont avoué «ne pas être à l’aise» sur le plan sexuel à cause de la présence du portable dans leur vie. Pire, 33% considèrent que les smartphones occupent une trop grande part de leur temps libre.

Le plus choquant dans cette étude est le fait que ce sont les jeunes de la tranche d’âge 20 à 45 ans qui en souffrent le plus. 60% d’entre ceux-ci estiment que le portable perturbe leur vie sexuelle tandis que 14% tiennent le portable pour responsable de leur perte d’appétit sexuel.

 

Lire aussi: Egalité des sexes: le Maroc très mauvais élève

 

Selon Assabah, 60% estiment que le portable a réduit considérablement la communication au sein de leur couple. Parmi ces sondés, 16% des hommes interrogés souffrent d’éjaculation précoce et 20% des femmes affirment souffrir de douleurs au début de toute relation sexuelle faute de préliminaires.

Les interviewés ont également affirmé que la présence d’un téléviseur, ordinateur ou tablette dans la chambre à coucher accentue cette tendance.

A noter que le professeur Rabie Redouane, président du  Centre de Santé sexuelle de l’Hôpital universitaire international Cheikh Khalifa devrait présenter l’ensemble des résultats de l’enquête ce jeudi 12 décembre à Casablanca.

Alors pour pimenter votre vie de couple, mettez vos smartphones en sourdine!