Englué dans l’affaire « Hanane », Cheikh Fizazi chassé du minbar

8385

Le ministère des Habous et des Affaires islamiques a interdit au cheikh salafistel Mohamed Fizazi de donner ce vendredi 13 octobre son prêche habituel à la mosquée Tarik Ibn Ziad à Tanger, suite à l’affaire « Hanane », une fille qui l’accuse de l’avoir épousé sans acte et de l’avoir forcé à avorter. 

Le salafiste Mohamed Fizazi perd son Minbar à la mosquée Tarik Ibn Ziad à Tanger. Le ministère des Habous et des Affaires islamiques a décidé d’interdire au cheikh salafiste de donner ce vendredi 13 octobre le prêche à la mosquée dont il est l’imam depuis 2013. Deux ans après sa sortie de la prison, le cheikh y avait donné un prêche en présence de Mohammed VI. L’information de la suspension a été confirmé par le concerné à plusieurs sources médiatiques.

Depuis une semaine, une jeune femme de 19 ans, Hanane, fait le tour des médias et accuse le cheikh Fizazi de l’avoir épousé sans acte de mariage, avant que ce dernier la force à avorter pour ensuite la répudier après une relation de cinq mois. Fizazi dément et explique qu’il s’agissait seulement de fiançailles, affirmant de son côté qu’il avait découvert que la jeune le trompait et pratiquait de la prostitution. Pour se venger Hanane a publié des photos privées du couple sur les réseaux sociaux. Par la suite, Mohamed Fizazi a été convoqué et entendu par la police de Tanger mercredi et jeudi derniers.