Education: seuls 37,8% des enfants en situation de handicap vont à l’école primaire

143
De gauche à droite : Rahma Bourqia, directrice de l'Instance nationale d'évaluation (INE) du CSERFS, GiovannaBarberis, représentante de l'Unicef au Maroc, Omar Azziman, président du CSERFS, Rahma Bourqia. Crédits photo : Kartouch

C’est le résultat alarmant déclaré par Giovanna Barberis, la représentante de l’Unicef au Maroc, à l’occasion du séminaire international consacré au « droit à l’éducation inclusive: transition conceptuelle, transformation des pratiques et enjeux de l’évaluation », rapporté par Aujourd’hui Le Maroc dans son édition du 8 janvier 2019.

Elle a illustré son propos par les chiffres du dernier recensement de la population et l’habitat de 2014. 70% des personnes handicapées n’ont aucun niveau scolaire tandis que seulement 4,6% ont assisté à des classes de préscolaires, 8,5% sont parvenus au secondaire, et 1,5% au niveau supérieur.

La représentante de l’Unicef a éclairé sur les raisons de ces faibles résultats, mettant en avant l’absence de « méthodes pédagogiques et d’environnement scolaire adaptés » aux différents profils des enfants en situation de handicap, selon le quotidien. De plus, les enfants handicapés sont souvent perçus négativement et peuvent être sujet à des comportements malveillants.

 

Lire aussi : Casablanca: le centre hospitalier Noor inaugure les premières consultations gynécologiques pour les femmes handicapées

 

Omar Azziman, président du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS), a d’ailleurs organisé cet événement dans le but de réfléchir aux facteurs favorables et défavorables aux enfants handicapés, en collaboration avec la commission permanente des curricula, des programmes et outils didactiques.

Le président du CSEFRS a insisté sur le fait que le handicap est « par excellence le domaine de la mobilisation, de la coordination organisée, de l’interaction et de la coopération ordonnées entre parents, éducateurs, experts, associations, collectivités territoriales et autorités publiques mais qu’il ne suffit pas de le constater parce qu’il faut faut encore l’organiser », peut-on lire dans les colonnes d’ALM.

 

Lire aussi : Education nationale: la Cour des Comptes livre son rapport alarmant sur le programme d’urgence

 

En dehors de la mise en place de mesures éducatives inclusives, un travail sur les mentalités doit s’effectuer afin que afin que chaque enfant bénéficie du droit à l’école et d’un enseignement qualitatif.