Coronavirus: pas d’examen final du baccalauréat en France cette année, le contrôle continu pris en compte

Les élèves de Terminales qui passent un bac général, technologique et professionnel en France seront évalués cette année uniquement via le contrôle continu, en raison de l’épidémie de coronavirus, a déclaré vendredi le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer.

Cette année, 730.000 élèves sont concernés par le baccalauréat, dont les épreuves finales se tiennent traditionnellement au mois de juin. « Nous avons écarté une situation mixte » qui aurait consisté à associer au contrôle continu la tenue d’une ou deux épreuves écrites à la fin de l’année, « car nous ne pouvons garantir de façon absolue l’organisation d’écrits », a expliqué le ministre.

Seront donc prises en compte les notes des trois trimestres, hors période de confinement. Des jurys d’harmonisation étudieront tous les dossiers. Comme d’habitude, les élèves ayant obtenu entre 08 et 10/20 auront droit à un oral de rattrapage début juillet.

 

Lire aussi: Coronavirus: les Pays-Bas annulent le bac

 

« C’est la solution la plus simple, la plus sûre et la plus juste », a estimé M. Blanquer, ajoutant que tous les élèves auront cours jusqu’au 4 juillet.

Une seule épreuve maintenue

L’ensemble des épreuves du brevet sera également validé en contrôle continu pour les élèves de Troisième, à partir de la moyenne des notes obtenues durant les trois trimestres, qui ne prendra pas en compte la durée de confinement.

Seul l’oral de Français est maintenu pour les élèves de Première, a précisé le ministre lors d’une conférence de presse.

Lire aussi: Coronavirus: comment s’organisent les cours au Maroc

 

Concernant les établissements français au Maroc, aucune communication n’a encore été faite. Il est à noter que «la réforme du baccalauréat est appliquée dans les lycées français à l’étranger selon les mêmes modalités et avec le même calendrier», note le service des examens et des concours, dépendant du service de Coopération et d’Action culturel de l’Ambassade de France au Maroc.

Dans un message adressé, ce jeudi 2 avril, aux établissements hors de France, les deux ministres de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drain, évoquent «la plus grande crise de l’histoire» de l’AEFE.

Ils jugent donc «essentiel», qu’après cette crise, les lycées et les écoles «reprennent au plus vite leurs activités». Les deux ministres disent également suivre «avec la plus grande attention l’évolution de la situation, notamment sanitaire, dans (vos) pays de résidence».