Education: le Maroc toujours mauvais élève, selon la Banque mondiale

à 13:53
©DR

Dans son "Rapport sur le développement dans le monde 2018", la Banque mondiale dresse un état des lieux alarmant de l'éducation au Maroc. Les détails.

Au Maroc, près de 40 % des élèves en 2e année du primaire ne sont pas capables de lire un texte ou même d’accomplir des opérations mathématiques de base. Cette information alarmante provient du rapport intitulé "Apprendre pour réaliser la promesse de l’éducation", publié par la Banque mondiale le 26 septembre dernier.

L’étude s’attarde également sur le lien entre les années d’apprentissage et la quantité d’informations accumulées chez les étudiants marocains. On apprend notamment que les individus âgés de 25 à 30 ans accomplissent des cursus d’apprentissage nécessitant 3 ans sur une durée de 6 ans.

A ce propos, le rapport indique qu’une plus longue durée d’apprentissage ne veut pas forcément dire que les étudiants développent plus leur savoir, mais qu'ils peuvent stagner avec la même quantité et les mêmes informations durant cette durée. Chose qui n’est pas bénéfique.

Dans la même veine, la Banque mondiale souligne que la qualité de l’éducation impacterait directement la qualité de l’emploi auquel les étudiants auront accès plus tard dans leur vie professionnelle. Une meilleure éducation offrirait donc de meilleurs emplois.

Toutefois, le rapport ne comprend pas que des données négatives sur le Maroc. En effet, la Banque mondiale se félicite de l’accès des filles à l’éducation au Maroc qui s’est réalisé sur une durée de 11 ans, une période moins importante que celle enregistrée aux USA, et qui s’est étalée sur 40 ans (1870-1910).