DSK affiche une «insolente réussite» grâce à sa société marocaine

15610
Myriam L'Aouffir et DSK à Roland-Garros. C. AFP

L’ancien patron du Fonds monétaire international mènerait une vie de paisible et luxueuse au Maroc. Son secret, avoir choisi un paradis fiscal pour installée sa société de consulting qui aurait brassé quelque 21 millions d’euros en cinq ans.

Dominique Strauss-Kahn «affiche une insolente réussite dans le business», écrit ce mardi le magazine L’OBS qui a enquêté sur la nouvelle vie de l’ancien ministre français de l’Économie et des Finances. Ce dernier a choisi Marrakech pour y vivre et Casablanca pour y installer sa société de conseil juridique, financier et stratégique.

 

Lire aussi: A Casablanca, la petite entreprise de DSK ne connaît pas la crise

 

Sa société casablancaise, Parnasse International, installé sur le boulevard Zerktouni, a récolté près de 21 millions d’euros de bénéfice, entre 2013 et 2018, révèle la même source. Des bénéfices d’une société dont il est «l’unique actionnaire et l’unique employé» et qui plus est sont exonérés d’impôts, précise le magazine.

Selon une de ses proches «à l’évidence, Dominique Strauss-Kahn n’a jamais gagné autant d’argent de sa vie». En effet, l’ancien économiste se serait «versé 5,3 millions d’euros de revenus, ce qui place sa rémunération au 13e rang du CAC40», poursuit le magazine.

Exonéré d’impôts

Le domaine d’activité de Parnasse International est le conseil juridique, financier et stratégique, peut-on lire sur la fiche de la société disponible sur le site Charika.ma. Elle est installée sur la zone franche de Casablanca, «un paradis fiscal» pour les entreprises, pouvant se passer de payer les taxes durant les cinq premières années, avant d’en payer à un taux très bas, note RTL.

 

Lire aussi: Diapo. Qui est Myriam L’Aouffir, la nouvelle femme marocaine de DSK ?

 

L’entreprise compte des clients hauts placés, parmi lesquels on retrouve notamment Denis Sassou-Nguesso, président de la République du Congo. Strauss-Kahn «est devenu un VRP de luxe pour certains États africains dans leurs négociations avec leurs créanciers internationaux», écrit Forbes Afrique.

L’homme de 70 ans vit désormais en homme «libre, heureux et riche», dans son riad aux pieds de l’Atlas marocain situé à une douzaine de kilomètres de Marrakech, affirme son ami Stéphane Fouks au magazine.