Drame d’Imlil: le suspect hispano-suisse clame son innocence devant le juge d’instruction

45
Le suspect hispano-suisse Kevin Z.

Kevin Z., l’Hispano-Suisse arrêté au Maroc pour ses liens avec les auteurs présumés du meurtre de deux touristes scandinaves dans le royaume en décembre a clamé son innocence lundi lors d’un interrogatoire devant un juge d’instruction antiterroriste, a-t-on appris auprès de son avocat.

« Il a affirmé son innocence devant le juge d’instruction, qui s’est montré à l’écoute et a eu une attitude positive », a déclaré à l’AFP son avocat Saad Sahli à l’issue de l’audition de son client à Salé, ville proche de Rabat.

Une nouvelle audience à huis clos, dont la date reste à définir, est prévue, a-t-il ajouté.

Lire aussi: Drame d'Imlil: le suspect hispano-suisse devant le juge d'instruction 

Me Sahli a par ailleurs dit « attendre qu’il y ait une confrontation avec les autres accusés avant de demander la remise en liberté » de son client, lequel a « repris confiance » après cette « audience détaillée et positive ».

D’autres suspects, dont le nombre n’a pas été communiqué, ont été interrogés lundi par le même juge d’instruction antiterroriste.

Arrêté fin décembre à Marrakech (centre), où il s’était installé, le suspect hispano-suisse est accusé de « constitution d’une bande pour porter atteinte à l’ordre public », d' »aide préméditée à des auteurs d’actes terroristes » et d' »entraînement de personnes en vue de commettre des actes terroristes ».

Il fait partie de la vingtaine de personnes interpellées pour leurs présumés liens directs ou indirects avec le double meurtre, qualifié de « terroriste » par Rabat, de Louisa Vesterager Jespersen, une étudiante danoise de 24 ans, et de Maren Ueland, une étudiante norvégienne de 28 ans.

Elles ont été décapitées dans la nuit du 16 au 17 décembre dans le sud du Maroc, où elles étaient en vacances.

Lire aussi: Funérailles en Norvège de Maren Ueland, l'une des victimes du double homicide d'Imlil

Les quatre principaux suspects appartenaient à une cellule inspirée par l’idéologie du groupe jihadiste Etat islamique (EI) mais « sans contact » avec ses cadres en Syrie ou en Irak, selon les autorités marocaines.

Des médias locaux ont par ailleurs affirmé qu’un autre Suisse installé au Maroc et possédant aussi la nationalité britannique, avait été arrêté dans le cadre de cette affaire. Les autorités n’ont pas confirmé cette information.

Épargné jusqu’ici par les attentats de l’EI, le royaume avait été meurtri par des attaques à Casablanca (33 morts en 2003) et à Marrakech (17 morts en 2011).