Drame d'Imlil: le cerveau de l'opération terroriste était sous surveillance

29

Le cerveau du drame de Chamharouch, Abdessamad Aljoud, était sous surveillance. Aljoud se chargeait de recruter des jeunes depuis des mosquées pour combattre dans les camps de Daesh.
Selon l’édition du quotidien Al Ahdath, Abdessamad Aljoud avait pour habitude de se rendre dans les petites mosquées situées dans la région de Marrakech, et qui ne sont pas bien surveillées par les services de sécurité. Il en profitait pour y donner des prêches en tant qu’imam et  propageait ses idées extrémistes avec les jeunes de la région.
 
Lire aussi: Drame d’Imlil: Laftit accuse des courants «nihilites» de semer le désespoir dans le pays
 
Selon le quotidien, les autorités avaient rédigé un rapport où Abdessamad Aljoud était présenté comme une personne appartenant au « courant salafiste jihadiste », et habitant le douar Harbile. Il y est également mentionné qu’Aljoud a été arrêté le 29 mai 2014 à l’aéroport de Mohammed 5 à Casablanca alors qu’il s’apprêtait à partir combattre en Syrie. Il était alors accompagné de deux hommes H.S et M.B qui travaillent tous deux en tant qu’imams, l’un à Oulad Ayad dans la région de Béni Mellal et le deuxième dans la ville d’ El Kelaâ des Sraghna.
 
Lire aussi: Sit-in de solidarité à Rabat avec les familles des victimes du double homicide d’Imlil
 
Les services de sécurité devraient par ailleurs transférer les mis en cause dans le drame de Chamharouche, le 31 décembre, à la chambre antiterroriste près la cour d’appel de Rabat maintenant que la période de la garde à vue s’est écoulée. Les éléments du BCIJ poursuivent pour leur part l’enquête afin de déterminer toutes les personnes en relation avec la cellule terroriste qui a commandité le meurtre des deux touristes scandinaves.