Drame de Jerada: les manifestants empêchent l’enterrement des deux mineurs

La tension monte à Jerada, quatre jours après la mort vendredi dernier de deux ouvriers dans l’effondrement d’une mine clandestine à Jerada et quelques jours après un drame similaire survenu dans la province de Chichaoua.

Grève générale, sit-in à répétitions… la ville de Jerada vit au rythme des contestations depuis la mort vendredi dernier de deux ouvriers, Houcine et et Jedouane Dioui, respectivement âgés de 23 et 30 ans, dans l’effondrement d’une mine clandestine, dans la ville de l’Oriental.

Selon Said Zeroual, membre de l’AMDH locale, une manifestation a eu lieu ce matin dans la ville de Jerada, devant la morgue en présence de la famille des deux victimes. Soutenue par plusieurs centaines de manifestants, la famille Dioui refuse jusqu’à présent l’évacuation et l’enterrement de ses deux fils. »Les manifestants réclament l’ouverture d’une enquête et sauver la ville de la crise sociale », précise la même source.

La ville de Jerada était connue historiquement pour ses mines d’exploitation du charbon exploitées dès les années 1920. Les chantiers des mines de Jerada étaient une source d’activité pour les habitants de la ville avant leur fermeture en juillet  2000 suite à la hausse du coût d’extraction qui devenait de plus en plus insoutenable face à la chute des cours internationaux.