Drame de Bouknadel: vers une convocation de Lakhlii et Amara devant le tribunal ?

Les avocats de la défense du conducteur de train qui a déraillé à Bouknadel, faisant sept morts, ont demandé à la Cour de convoquer le directeur de l’ONCF, Rabii Lakhlii, et le ministre du Transport et de la logistique Abdelkader Amara pour témoigner devant le tribunal.
Le procès du conducteur du train qui a déraillé à Bouknadel et a causé la mort de sept personnes a débuté hier au tribunal de Salé. Durant ce procès où la presse a été interdite, la défense a demandé la convocation de Rabii Lakhlii, le directeur de l’ONCF, et Abdelkader Amara, le ministre du Transport et de la logistique, comme témoins. Ces derniers assisteront en leur qualité de responsables de l’institution qui emploie le conducteur.
«Pour élucider cette affaire, le tribunal ne peut pas faire abstraction des centres de décisions et incomber la responsabilité complète au conducteur. Les deux responsables devront être convoqués, ne serait-ce que comme témoins», a exigé un des avocats au président de la Cour, selon Al Massae du 1er novembre.
Lire aussi: Vidéo. Drame ferroviaire: la cause du déraillement révélée par un enregistrement audio?
La défense a également demandé l’audition de plusieurs responsables de l’Office national des chemins de fer en plus de toutes les personnes qui ont témoigné lors de l’enquête. Selon le quotidien, il s’agit des responsables de deux entreprises privées, qui sous-traitent les enregistrements vidéo et les signalisations pour l’ONCF. Ils devront expliquer comment des enregistrements vidéo ont disparu.
LIRE AUSSI: ONCF: trains inadaptés, sous-traitants véreux, stratégie floue... le témoignage accablant d'un ancien cheminot
Rappelons que les enquêtes menées par la division du diagnostic judiciaire de la gendarmerie royale à Rabat ont révélé la disparition des bandes vidéo, qui retracent les derniers instants précédant le déraillement du train. Les requêtes de la défense du conducteur ne se sont pas arrêtées là et ont demandé l’annulation de l’expertise car celle-ci a été rédigée en français.