Drame de Bouknadel: les représentants de l'Etat absents du procès du conducteur du train

24

Le ministère de l’Équipement, l’ONCF et l’agent judiciaire du royaume étaient absentésdu procès de Laarbi Rich, conducteur du train qui a déraillé le 16 octobre à Bouknadel.
Selon la parution du jeudi 27 décembre du quotidien Al Massae, le représentant de la société Lombardi qui se charge de la signalisation pour l’ONCF, et qui a présenté un rapport qui incriminait le conducteur du train ne s’est pas non plus présenté. La défense du conducteur a profité de l’occasion pour demander encore une fois de ne pas prendre en compte le rapport de ladite société et engager plutôt « des experts qui seraient objectifs ».
 
Lire aussi:
Drame de Bouknadel: la défense du conducteur demande une expertise technique
neutre

 
Pour rappel, la société Lombardi avait présenté un rapport dans lequel elle nie l’existence d’un quelconque problème dans les panneaux de signalisation qui limitent la vitesse à 60 km au niveau de la ville de Bouknadel. Des propos que le conducteur avait infirmés réclamant que l’on se réfère aux enregistrements vidéo du train. Des enregistrements qui n’ont pas été retrouvés, chose qui a suscité les doutes surtout que les trains sont équipés de caméras dont l’entretien est assuré régulièrement par une société avec laquelle collabore l’ONCF.
 
Lire aussi:
Drame de Bouknadel: vers une convocation de Lakhlii et Amara devant le tribunal
?

 
Le tribunal a par ailleurs décidé de reporter l’étude de ce dossier au 8 janvier, après que le parquet général ait demandé un délai afin de traduire les rapports de l’expertise de la langue française à la langue arabe.