Dr. Hamdi: « On ne connaît pas encore la durée de protection des vaccins »

3165
Docteur Tayeb Hamdi, Médecin, Chercheur en Politiques et Systèmes de Santé.DR

Effets indésirables, mode d’injection, efficacité, logistique… Si de nombreuses informations sont recensées au sujet des vaccins anticovid, une grande inconnue persiste, et non des moindres: la durée de protection. A ce propos, Dr. Tayeb Hamdi explique que l’on n’a pas suffisamment de recul pour juger de cette donnée. 

Parmi les données inconnues quant aux vaccins déployés pour combattre le covid-19, on cite la durée de protection, soit la durée pendant laquelle la personne est protégée par le vaccin et ne risque pas de contracter la maladie.

Pour le moment, « aucun vaccin n’a une durée fixe de protection. Il faut du recul pour juger de cette donnée. Les essais cliniques ont confirmé trois mois de protection mais dans la réalité, ce sera davantage, il faut attendre le retour des études scientifiques sur le terrain », explique Dr. Tayeb Hamdi, médecin et chercheur en politiques et systèmes de santé.

Selon les prédictions des experts, non encore confirmées scientifiquement, la durée de protection pour les personnes âgées pourrait être d’une ou deux années, tandis que pour les jeunes, elle s’élèverait à trois, quatre, cinq ans voire plus, rapporte Hamdi qui précise qu’une fois le délai de protection arrivé à son terme, « il faudra revacciner ».

 

Lire aussi : La Banque mondiale salue la « gestion exemplaire » de la campagne de vaccination au Maroc

 

Un peu comme la grippe pour laquelle le vaccin s’effectue chaque année, « mais on espère que la périodicité sera plus longue », énonce l’expert. On ne sait pas encore non plus si, malgré l’expiration du délai de protection du vaccin, la personne reste protégée contre les formes graves de la maladie.

En attendant, les données sur l’efficacité des différents vaccins paraissent encourageantes. Il y a eu 80% de moins de formes graves chez les personnes âgées vaccinées; et 3/4 des personnes vaccinées d’une première injection ne contractent pas la maladie, détaille Hamdi.

Les trois paramètres à prendre en compte sur l’efficacité d’un vaccin sont la contraction de la maladie (75% d’efficacité chez AstraZeneca, 75% chez Pfizer après la première injection), la contraction d’une forme grave (95% d’efficacité chez AstraZeneca, 80% chez Pfizer), et la contagiosité. Ces bons résultats signifient « que le vaccin protège », conclue Hamdi.