Dr. Hamdi: «La nouvelle souche du Covid-19 risque de tout compliquer»

3983
Docteur Tayeb Hamdi, Médecin, Chercheur en Politiques et Systèmes de Santé.DR

Dans une interview accordée à H24 Info, le docteur Tayeb Hamdi, médecin, chercheur en politiques et systèmes de santé et vice-président de la Fédération Nationale de la Santé (FNS), nous éclaire sur cette nouvelle souche du SARS-CoV-2 et évoque les potentiels risques que son entrée sur notre territoire pourrait supposer.

Détectée en Angleterre, en Australie, au Danemark, aux Pays-Bas et en Italie… cette nouvelle souche est crainte par les professionnels, alors que multiples ont été les changements répertoriés sur le nouveau coronavirus. Pourquoi ?

Dr Hamdi: D’abord, il est important de le signaler, mais le Covid-19 a connu de multiples changements depuis son apparition. Ce sont jusqu’ici des changements minimes, sauf celui répertorié au début de la pandémie mondiale et qui a donné naissance à la souche qui s’est propagé dans le monde.

Depuis tous les pays combattent la même souche. Mais les recherches ne sont bien évidemment jamais arrêtées et le séquençage du virus se fait partout dans le monde. D’ailleurs, ce sont la Grande-Bretagne, l’Australie et les Pays-Bas qui en font le plus, et c’est ainsi qu’ils ont donc pu détecter ces mutations du virus.

Et bien que les changements soient courants, cette nouvelle variante du virus aurait subi des mutations lui permettant d’être plus transmissible. Selon les premières données, la transmissibilité de cette nouvelle souche est plus élevée à 70% que la souche que nous connaissons.

 

Lire aussi: Nouvelle souche du coronavirus: le Royaume-Uni au bord du chaos

 

Toutefois, ce chiffre reste à confirmer car nous ne savons pas encore si cette nouvelle variante est réellement plus rapide ou si elle s’est propagé dans des conditions plus favorables à sa transmissibilité.

Pour le moment aussi, nous ne savons pas si cette variante ou nouvelle souche est plus mortelle, car statistiquement cela n’a pas encore été prouvé.

 

Les moyens de dépistage, de traitement et même les vaccins pourraient-ils être dépassés par cette nouvelle souche ?

H: Les tests PCR et sérologiques sont faits pour détecter une partie du virus et sont encore utiles et essentiels pour la détection des cas. Mais nous saurons dans les prochaines semaines s’ils sont encore efficaces pour la détection optimale de cette nouvelle souche.

En ce qui concerne les vaccins, ils sont encore efficaces contre cette nouvelle variante, car les chercheurs ciblent toujours une partie du virus qui a le moins de probabilité de muter.

Et même si les vaccins ne sont plus efficaces contre cette souche, la recherche pour développer un autre vaccin ne demandera pas les mêmes efforts ni les mêmes délais qu’avant. Un laboratoire (BioNTech) a d’ailleurs déjà annoncé qu’il serait capable de présenter un autre vaccin contre cette nouvelle souche en seulement six semaines.

 

Répertoriée à seulement quelques kilomètres du Maroc, à Gibraltar plus précisément, cette nouvelle souche mettrait-elle à mal notre système de santé ?  

H: Si cette nouvelle souche arrive à pénétrer au Maroc, c’est-à-dire si elle arrive à contaminer plusieurs personnes, et que sa transmissibilité plus rapide est avérée, alors évidemment nous ferons face à de nombreuses complications.

D’abord, nous ne faisons que très peu de tests et pire encore, plusieurs personnes se contentent de s’automédicamenter et demeurent chez elles, sans rentrer dans le circuit officiel et parfois même décèdent sans être enregistrées comme atteintes du Covid.

 

Lire aussi: Nouvelle souche du Covid-19 : un cas détecté à Gibraltar

 

Ceci n’empêche pas que nos salles de réanimation soient pleines et donc si nous ajoutons à cela une souche qui est probablement 70% plus contagieuse, la situation sanitaire risque évidemment de se compliquer.

La vie des citoyens pourrait elle aussi être compliquée par cette nouvelle souche, car il faudra effectuer plus de pressions pour le respect des mesures barrières et de distanciation, avec notamment l’instauration d’autres mesures restrictives territoriales, dont quelques-unes ont d’ailleurs déjà été mises en place.

 

… un possible reconfinement alors ?

H: Le confinement n’est jamais écarté à 100% et reste donc sur la table, que ça soit avec cette nouvelle souche ou l’ancienne. Supposons qu’elle devienne plus mortelle ou que nos traitements ne soient pas efficaces, alors nous n’aurons d’autre choix que d’instaurer le confinement. Mais rien n’indique pour le moment que cette nouvelle souche soit plus mortelle.