Domaine maritime: la délimitation des frontières suspendue aux négociations avec l’Espagne

4116
DR.

La pandémie due au coronavirus n’a pas mis un frein au processus déjà lancé pour la délimitation des eaux territoriales du Maroc. Bien que publié au bulletin officiel, les textes n’ont pas fixé un traçage définitif, informe la diplomatie espagnole qui appelle au dialogue.

Les lois sur le domaine maritime marocain ont été publiées au bulletin officiel le 30 mars. Une action qui a suscité des remous au sein de la classe politique espagnole. À nouveau interrogée, cette fois-ci par un député d’extrême droite de Vox, la ministre des affaires étrangères espagnole a rappelé qu’il s’agissait du chemin officiel à entreprendre.

Devant la commission des affaires étrangères, ce mercredi 22 avril, la ministre espagnole des AE, Arancha González Laya, a souligné que le Maroc a exprimé son «désir et son action pour définir ses eaux territoriales (…) mais il n’a pas détaillé le calcul et les espaces qu’il allait englobait».

 

Lire aussi: Domaine maritime: les îles Canaries votent une motion rejetant le projet de loi marocain

 

En effet, le dahir royal n°1.20.02 signés le 6 mars n’évoque pas de traçage géographique définitif. Mais encore, «la publication des lois marocaines dans le bulletin officiel n’implique pas la fixation de ces lignes», a souligné la ministre citée par l’agence Europa Press.

Pour rappel, le parlement marocain a adopté deux lois étendant la tutelle du pays sur 12 milles pour la mer territoriale et 24 milles pour la zone contiguë, établissant également 200 milles pour la zone économique exclusive et 350 milles maximum pour le plateau continental.

Mais pour l’heure, «les lignes définitives seront établies après négociations», a ajouté la ministre. Des négociations qui se maintiennent malgré la conjecture actuelle, marquée par une pandémie mondiale, informent les médias espagnols.