Domaine maritime: les îles Canaries votent une motion rejetant le projet de loi marocain

485
DR.

La motion a été l’oeuvre du PSOE, Podemos et Nueva Canarias, tandis que le Parti Populaire s’est prononcé contre, voulant rester à l’écart de la polémique.

Le cabildo insulaire des îles Canaries, qui est l’entité administrative de l’archipel, a voté ce vendredi une motion «rejetant totalement» le projet de loi marocain élargissant son domaine maritime sur 300 milles nautiques, rapporte l’agence espagnole EFE.

Grâce à cette motion il a été convenu de solliciter le Conseil de sécurité de l’Union Européenne et la Commission Européenne afin qu’ils exigent du Maroc le respect du droit international, poursuit l’agence.

 

Lire aussi: Pourquoi l’élargissement des frontières maritimes du Maroc inquiète l’Espagne

 

Selon les votants, «la décision unilatérale du Maroc d’élargir son espace maritime sur les eaux canariennes et sahraouies porte atteinte aux droits légitimes des îles Canaries». Dans ce sens, la motion exige que le gouvernement espagnol «défende ses intérêts et agisse fermement face à cette situation».

La droite veut éviter toute polémique autour du Sahara

Cette motion a été proposée par le parti nationaliste de centre gauche, Nueva Canarias, par les socialistes du PSOE et par les gauchistes de Podemos. Elle a été votée avec 18 voix pour, six contre de la part du Parti Populaire et deux abstentions ont émané de la Coalition des Canaries-Unies.

Le Parti Populaire a proposé quant à lui un amendement transactionnel, «laissant de côté le conflit Maroc-Sahara occidental, en se centrant sur les intérêts des îles Canaries», note l’agence EFE.

 

Lire aussi: Tropic, le volcan à l’origine de la discorde entre Madrid et Rabat ?

 

Le porte-parole du groupement parlementaire a insisté sur la nécessité de «protéger les eaux qui correspondent aux îles Canaries, mais en restant à l’écart de la polémique», étant donné que la question du Sahara «n’est pas de la responsabilité du Cabildo».

Pour rappel, le parlement marocain a adopté deux lois étendant la tutelle du pays sur 12 milles pour la mer territoriale et 24 milles pour la zone contiguë, établissant également 200 milles pour la zone économique exclusive et 350 milles maximum pour le plateau continental.