Dix ministres d’origine marocaine dans le nouveau gouvernement israélien

7984
Parmi les 36 ministres nommés pour le nouveau gouvernement israélien, dix sont d'origine marocaine. DR

Après 500 jours de crise politique sans précédent en Israël, la Knesset a approuvé, dimanche dernier, le nouveau gouvernement d’union nationale du Premier ministre Benyamin Netanyahu et son opposant Benny Gantz. Parmi les 36 ministres nommés, dix sont d’origine marocaine. 

Le site Maghreb Intelligence a révélé hier soir la liste des dix Israéliens d’origine marocaine nommés au différents ministères du nouveau gouvernement Netanyahu/Gantz.

Le plus connu d’entre eux, Amir Peretz, ministre de l’Economie et de l’Industrie, est né à Bejaâd, dans la région de Béni Mellal-Khénifra, en 1952. Il redevient président du parti travailliste en .

Crédits photo Reuters

Aryeh Deri, ministre de l’Intérieur, est né à Meknès, en 1959.

David « Dudi » Amsalem, ministre chargé des Relations avec le Parlement, est né à Jérusalem en 1960, de parents marocains.

Rafi Peretz, ministre des Affaires de Jérusalem et du Patrimoine, est né à Jérusalem en 1956 de parents marocains. Ancien officier de Tsahal, il est également rabbin et dirigeant du parti politique conservateur « Le Foyer juif ».

Miri Regev, ministre des Transports, puis ministre des Affaires étrangères dans 18 mois, est née en 1965 à Kiryat Gat, en Israël, d’un père marocain et d’une mère espagnole. Ancienne militaire, elle est actuellement membre du Likoud.

Crédits photo: Alex Kolomoisky/Yedioth Ahronoth/Pool

Michael Biton, ministre chargé des questions civiles auprès du ministère de la Défense, est né à Yeruham, en Israël, en 1970, de parents marocains.

Crédits photo: Yaniv Apote/Yeruham

Ce nouveau gouvernement fait également la part belle à la troisième génération des Israéliens d’origine marocaine, à l’instar d’Orly Levy, ministre de l’Autonomisation et de la Promotion des communautés, née à Beït Shean, Israël, en 1973, de parents marocains. Fondatrice et dirigeante du parti centriste laïc Gesher, elle est la fille de David Levy, ancien ministre des Affaires étrangères, lui-même né à Rabat.

Défini par nos confrères comme « la nouvelle étoile montante du Likoud », Amir Ohana, affichant ouvertement son homosexualité, est ministre de la Sécurité intérieure, né à Beersheba, en Israël, en 1976, de parents marocains.

Meirav Cohen, ministre de l’Egalité sociale et des seniors, est la benjamine de l’actuel cabinet. Née à Jérusalem en 1983, de parents marocains, elle est la fille de Saadia et Shulamit Cohen qui avaient émigré en Israël.

Enfin, Makhlouf « Miki » Zohar, représentant de la coalition au Parlement, est né à Kiryat Gat en Israël en 1980, de père marocain et de mère tunisienne.

Contacté par H24Info, Simon Skira, secrétaire général de la Fédération française du judaïsme marocain, a qualifié ces nominations de « grande victoire et joie pour les Marocains en Israël » car « en général, pour glisser un ou deux ministres israéliens d’origine marocaine, il fallait une bataille entière ». « Dix à la fois, c’est magnifique », s’est enthousiasmé le représentant confessionnel, né au Maroc et émigré en Israël en 1967.

« Peu importe le parti auquel ils appartiennent, ces nominations prévoient une certaine force dans le domaine social en Israël, et pourquoi pas dans le domaine de la paix, puisqu’Amir Peretz du Parti travailliste voudra travailler en ce sens, et il aura des forces avec lui », a ajouté Skira. « Ces nominations représentent un espoir pour les prochaines années », a-t-il conclu.