Discours de la Marche verte: la presse algérienne entre surprise et scepticisme

DR.

Si la majorité des titres de la presse algérienne se sont accordés sur le caractère «mielleux» du ton adopté par Mohammed VI dans son discours prononcé à l’occasion du 43e anniversaire de la marche verte, ils n’en restent pas moins sceptiques quant aux réelles intentions, selon eux, de Rabat.
«C’est un discours absolument nouveau à l’égard de l’Algérie qu’a prononcé mardi soir le roi du Maroc Mohammed VI», écrit le quotidien d’Oran à propos du discours prononcé par le souverain à l’occasion du 43e anniversaire de la Marche verte et dans lequel le roi a appelé à un «dialogue direct et franc» avec nos voisins de l’est. A l’instar du journal oranais, d’autres médias algériens n’ont pas caché leur surprise suite au discours du monarque.
Lire aussi: Vidéo. Discours de la Marche verte: la main tendue de Mohammed VI à Alger (Discours intégral)
«Voilà une position de Rabat qui constitue un véritable changement dans le ton vis-à-vis de l’Algérie», estime à ce sujet le journal Liberté, tout comme El Watan, pour qui le roi Mohammed VI «tend la main à l’Algérie». «Loin de son discours belliqueux auquel il nous a habitués ces dernières années, Mohammed VI prône donc le réchauffement des relations bilatérales entre l’Algérie et le Maroc», poursuit le journal francophone à grand tirage.
Mais tout en jugeant positivement le contenu du discours du roi, les médias algériens continuent de s’interroger sur le timing ainsi que sur les intentions de l’allocution royale. «Ce discours mielleux du roi du Maroc suscite des interrogations», juge El Watan, qui s’interroge notamment sur le timing de cette «main tendue», qui «intervient à un mois de la reprise du cycle des négociations avec le Front Polisario sur la question du Sahara occidental». La même interrogation est formulée par le journal électronique TSA, pour qui «l’approche de la rencontre helvétique, à laquelle, rappelons-le, l’Algérie participera pour la première fois, pourrait aussi avoir inspiré quelque calcul à Mohammed VI».
Lire aussi: Algérie, UA, autonomie, processus onusien... 4 choses à retenir du discours royal
«Que cache donc ce changement de ton du roi du Maroc envers l’Algérie? Mohammed VI cherche-t-il à désigner l’Algérie comme responsable de la situation de blocage de l’union du Maghreb et des relations bilatérales avec son voisin de l’Ouest ?», s’interroge en conclusion le journal El Watan. Rappelons que, jusqu’à l’écriture de ces lignes, ni le gouvernement, ni l’agence de presse algérienne n’ont réagi au discours du roi.