Diapo. Pénuries d’eau à Zagora: la secrétaire d’Etat PPS sur le terrain

1200

La secrétaire d’Etat chargée de l’Eau, Charafat Afailal, est sur le terrain et le fait savoir, au moment où ses collègues ministres appartenant à son parti ont été limogés mardi par le roi après la présentation du rapport sur Al Hoceima.

Charafat Afailal était ce mercredi à Zagora pour s’informer de l’état d’avancement des travaux de réalisation de plusieurs projets d’infrastructures hydrauliques.

Et pour cause la région connait une véritable pénurie d’eau qui a poussé les populations à organiser récemment « les manifestations de la soif ». Des événements qui ont été marqués par des violences et des arrestations d’une trentaine de manifestants.

Intervenant à l’occasion de sa visite à Zagora, la secrétaire d’Etat a affirmé mercredi que l’approvisionnement de la ville en eau potable est « une priorité » et le gouvernement s’attelle à trouver une solution définitive pour pallier au manque d’eau qu’accuse la province.

Le problème rencontré au niveau de la province est lié à la raréfaction des ressources hydriques au niveau de ce territoire, a indiqué la secrétaire d’Etat lors d’une rencontre de communication avec les élus locaux et les représentants de la société civile.

Tous les partenaires concernés mobilisent leurs efforts en vue d’apporter rapidement une solution efficiente à cette problématique, a souligné Afailal, estimant que les mesures et les projets urgents mis en œuvre permettront de résoudre le manque d’eau potable au niveau de Zagora d’ici l’été 2018.

Pour sa part, le gouverneur de la province de Zagora, Abdelghani Samoudi, a affirmé que la situation hydrique dans certaines zones est « très préoccupante », notant que la mobilisation des moyens pour renforcer les infrastructures hydrauliques au niveau de la province est une question urgente.

Cette rencontre a été également marquée par des exposés présentés par les représentants de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) et l’Agence du bassin hydraulique du Souss-Massa-Drâa axés notamment sur la situation des ressources hydriques dans la province et les perspectives d’avenir.

Dans son exposé, le directeur de l’Agence du bassin hydraulique du Souss-Massa-Drâa, Mhamed El Feskaoui, a souligné que la province de Zagora dispose d’un potentiel hydrique important évalué à près de 400 millions m3, dont 300 millions m3 d’eau de surface et 100 millions m3 d’eau souterraine répartis sur huit nappes phréatiques.

Il a également indiqué que ce potentiel est utilisé pour l’irrigation de 30 mille hectares, l’approvisionnement en eau potable de 307 mille habitants de la province en plus de 20 établissements touristique.

Ce potentiel, poursuit-il, est réparti de manière inégale sur l’ensemble du territoire de la province et la qualité d’eau varie aussi selon les nappes phréatiques, notant que cette situation explique la mise en place d’une station de déminéralisation, en vue d’améliorer à court terme la qualité de l’eau pour la population, et la réalisation à long terme d’une adduction régionale à partir du barrage d’Agdez qui est en cours de réalisation.

Avec MAP