Diapo. L’Etat ferme plusieurs locaux non-autorisés d’Al Adl Wal Ihssane

Les autorités locales de trois villes ont précédé à la fermeture de trois villas appartenant à des membres d’Al Adl Wal Ihssane, qui abritaient clandestinement des réunions de la Jamaâ.

Le dirigeant d’Al Adl Wal Ihssan et membre du secrétariat général du cercle politique de la Jamaâ, Hassan Bennajeh a annoncé sur sa page Facebook que «les autorités marocaines ont fermé plusieurs maisons appartenant à des membres de la Jamaâ», dénonçant l’entrée par effraction dans des maisons privées appartenant à des citoyens ordinaires.

Selon Hassan Bennajeh, les maisons fermées se situent dans trois villes: Casablanca, Kenitra et Agadir. Des photos publiés sur les réseaux sociaux montent que les membres de la Jamaa, interdite mais tolérée, utilisent ces locaux pour organiser des réunions non déclarées et en salle de prière, surtout celle située à Aïn Chok à Casablanca.

Lire aussi: Vidéo. Oujda: une mosquée occupée par Al Adl Wal Ihsane évacuée

Ladite demeure a été transformée en véritable salle de conférences, équipée d’une estrade, de banderoles, d’une sonorisation et de l’immobilier nécessaire à la tenue des réunions. La demeure prend l’allure d’un siège de parti ou d’une grande association, comme en témoignent les photos.