Diapo. Gestion des déchets: Rabat menacée par une catastrophe environnementale?

1798
DR.

La société en charge de la gestion de déchets dans le dépotoir d’Oum Azza de Rabat a cessé ses activités, mardi 30 juin. Cet arrêt laisse planer la menace d’une catastrophe environnementale sur la capitale.

TODEOM, la société délégataire en charge de la gestion des déchets pour le dépotoir d’Oum Azza de Rabat, a annoncé subitement son retrait ce mardi 30 juin.

Ce retrait se fait conformément au protocole de résiliation à l’amiable entre TEODEM, l’Etablissement de coopération intercommunale (ECI) Al Assima, le wali de la région Rabat Salé Kénitra et le ministère de l’Intérieur, indique un communiqué du groupe Pizzorno , à qui appartient la filiale TODEOM.

 

Lire aussi. Vidéo. Rabat: le littoral menacé par une catastrophe écologique ?

 

Avec cet arrêt, le dépotoir, qui réceptionne les déchets de trois villes, à savoir Rabat, Salé et Témara, risque la saturation. Le groupe affiche d’ailleurs son inquiétude quant à l’absence de prise de contact par l’ECI Al Assima concernant la reprise du personnel et la poursuite de l’activité de traitement et de valorisation des déchets.

L’accumulation des déchets inquiète dans la capitale. Concernant la collecte, le premier vice-président du Conseil de la commune de Rabat Lahcen El Omrani, écrit sur les réseaux sociaux, que les actions se poursuivent afin que «les opérations de collecte des déchets ne soient pas affectées par cette décision».

Il est à noter que le dépotoir d’Oum Azza  est le plus important centre de valorisation de déchets d’Afrique du Nord. Il compte trois centres de valorisation qui réceptionnent 850.000 tonnes par an de déchets provenant de 13 communes, indique un document du groupe Pizzorno.