Diapo. A Casablanca, le street art pour contrer le vandalisme des bennes à ordures

1549
Les trois bennes photographiées ci-dessus sont l'œuvre d'un jeune artiste diplômé de l'école des beaux-arts. DR

La SDL Casa Baia a mis en place un projet pilote dans l’arrondissement de Ain Chock, à Casablanca, qui consiste à la décoration et la peinture de bennes à ordures. L’objectif: sensibiliser les citoyens au respect des infrastructures dédiées aux déchets. 

Cette expérience pilote est menée actuellement dans l’arrondissement de Ain Chock mais devrait être étendue à 800 espaces similaires dans toute la ville de Casablanca, après validation du concept définitif, rapporte L’Economiste dans son édition de ce jour. L’idée est de remplacer les bennes sales, cassées, débordantes sur les trottoirs, par des bacs peints et décorés par des artistes. Les trois bennes photographiées ci-dessus sont l’œuvre d’un jeune artiste diplômé de l’école des beaux-arts.

« Il s’agit de bacs fixés au sol par un mécanisme en acier avec un recul par rapport au trottoir avec une décoration originale », explique une source auprès de Casa Baia relayée par nos confrères. L’objectif est de donner une dimension esthétique à ces bennes à ordures tout en les intégrant harmonieusement au paysage urbain. Les habitants de Ain Chock ont accueilli avec enthousiasme l’initiative.

 

Lire aussi : Propreté: un arsenal dernier cri pour Casablanca

 

L’aménagement des points de bennes à ordures couvre la mise à niveau du sol, la mise en place des bordures et corps métalliques (barrières) et d’un système de fixation des conteneurs dans le but d’éviter les actes de vandalisme, détaille le média. « L’aménagement pourrait aussi comporter des jardinières afin d’apporter de la verdure dans ces espaces (…) », précise la même source.

Les points sont construits pour recevoir 2 à 6 bennes (en fonction de la densité des quartiers) de 1.100 litres. Chacun d’entre eux se verra attribuer un nom (adressage) et un code d’identification, et fera partie d’un circuit attribué aux camions de collecte des déchets. En attendant d’être validé par la commune, le projet doit être réfléchi et adopté dans sa version définitive sur l’ensemble des 16 arrondissements.

Ce projet offre par ailleurs un support d’expression au street art, parfois évincé dans la ville blanche où plusieurs fresques murales ont déjà été effacées.